Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Guinée : la GIZ et le CNERS lancent une plate-forme de soumission des protocoles de recherche en santé

Dans le cadre de la digitalisation des activités dans le domaine de la santé en Guinée, le Comité National d’Ethique pour la Recherche en Santé (CNERS), a, grâce à un appui technique et financier de GIZ (l’agence allemande de coopération internationale pour le développementl’agence de coopération internationale), lancé une plateforme de soumission des protocoles pour les chercheurs dans le secteur de la santé. C’était ce jeudi 19 mai au siège de la GIZ.

 Avant de procéder au lancement de cette plateforme, le CNERS et son partenaire, la GIZ, ont organisé un atelier préparatoire devant assurer la formation d’une vingtaine de participants, dont des membres du comité d’éthique, et des chercheurs. Cette séance de formation de trois jours (du 17 au 19 mai), visait à donner à ces chercheursaux participants des connaissances informatiques afin de leur permettre non seulement de mieux exploiter cette plateforme de soumission des protocoles de recherches en santé, de passer en revue toutes ses fonctionnalités mais aussi et surtout être à même d’apporter les corrections qui s’imposent.
Selon la présidente du CNERS, ce projet est plus que nécessaire, vu les prérogatives du comité. « Nous sommes chargés d’évaluer les protocoles de recherche en santé soumis au comité. Et pour cela, il y’a beaucoup de documents à lire et à éplucher. Nous devons pouvoir le faire de manière digitale. C’est justement ce que la GIZ nous a aidés à faire en nous recrutant un consultant qui a développé la plateforme de digitalisation mais aussi en formant le comité pour qu’il puisse s’approprier ladite plateforme et commencer à l’utiliser », a expliqué Pr. Oumou Younoussa Bah Sow, Présidente du Comité National d’Ethique pour la Recherche en Santé de Guinée.
Ce projet est l’un des premiers du genre, visant non seulement à rendre faciles, mais aussi économiques à baisser les coûts ldes travaux de recherches dans le domaine de la santé.  » C’est une plateforme pour les chercheurs du pays et ceux d’ailleurs. Elle permet de soumettre leurs protocoles à distance, d’avoir la réponse du comité d’éthique sans se déplacer. Ceci, pour économiser le nombre de papier qu’on a l’habitude d’imprimer pour soumettre, le temps, les coûts et l’énergie employés. Et pour quelqu’un qui n’est pas au pays, il n’a pas besoin d’avoir un représentant sur le terrain ou de se déplacer, il peut le faire à distance », affirme Dr Mouctar Bayo, Conseiller technique et responsable de la recherche et desu Ppartenariats Ppublic-Pprivé au programme santé de la GIZ Guinée.
Le CNERS et ses partenaires ne comptent pas s’arrêter là. Ils envisagent très bientôt d’organiser d’autres séances de travail et d’échanges en vue de consolider les connaissances déjà acquises. En tout cas, c’est qu’annonce ici, Pr. Oumou Younoussa :« trois jours ne suffisent pas pour maîtriser un outil aussi important et complexe que cette plateforme. C’est pourquoi nous allons consolider les acquis dès la semaine prochaine. Nous allons nous retrouver pour encore travailler là-dessus. Mais aussi faire un programme de formation pour les chercheurs pour les amener à utiliser cette plateforme dans les activités d’évaluation des protocoles de recherche. Mais aussi dans les activités de suivi et de la mise en œuvre de ces recherches dans notre pays. Donc, c’est une action importante qui a été faite dans le cadre de l’appui à la recherche en santé dans notre pays ».
Pour ce faire, la présidente du CNERS espère que d’autres partenaires appuieront son institution pour que celle-ci puisse jouer pleinement son rôle.
Représentant le ministre de la Santé à cette cérémonie, le Directeur général du Bureau des Stratégiesque et deu Développement (BSD) dudit département, s’est d’abord réjoui de la tenue de cette activité avant de remercier la GIZ pour tout son appui et pour sa présence constante auprès du ministère de la Santé à chaque fois que le besoin se pose.
« Aujourd’hui, nous tendons vers la numérisation pour éviter non seulement beaucoup plus de cas de pertes de documents mais aussi de gagner en temps et de laisser une traçabilité pour que les générations futures puissent en bénéficier une fois que la plateforme est mise en œuvre. En tant que Secrétaire Directeur général du bureau des services de développement, nous allons conjuguer tous nos efforts et faire des plaidoyers auprès des partenaires pour que toutes les activités inscrites dans lece plan stratégique soient mises en œuvre, mais aussi appuyer le comité dans le cadre de la revue de sonu plan stratégique d’action pour voir un peu qu’est-ce qui a été fait depuis le démarrage de la mise en œuvre. Mais aussi qu’est-ce qui reste à faire pour qu’ensemble, on puisse essayer de s’évaluer et aller vers l’atteinte des objectifs fixés par le plan », a expliqué le Représentant du ministre.
Par ailleurs, il faut noter que cet atelier de lancement a été clôturé par la remise de dix ordinateurs portables aux membres du CNERS. Ceci, pour rendre effectif le fonctionnement de la plateforme qui, d’ailleurs, sera officiellement totalement fonctionnelle à partir du 1er septembre 2022.
vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :