Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Guinée-CEDEAO : après la brouille, l’opération séduction du col. Doumbouya

Cette semaine, une énième incompréhension s’est produite entre le CNRD et la CEDAO quand le premier est revenu sur son engagement d’installer le Conseil National de la Transition avant la fin de l’année 2021. Pour certainement réparer ce qui pourrait être qualifié d’affront par la CEDEAO, le chef de la junte a invité les ambassadeurs des pays de l’institution sous régionale à un dîner ce vendredi. Il en a fait une occasion pour leur expliquer les raisons du rétropédalage.

Devant les ambassadeurs de la sous-région, le Président colonel a commencé par rappeler les circonstances de la prise du pouvoir par l’armée. Et des actes qui ont été posés depuis le 5 septembre. Pour son auto-bilan, Doumbouya déclare que beaucoup d’actions unificatrices ont été posées. « Malgré toute la bonne volonté, nous ne comprenons pas souvent certaines prises de fonction de nos pairs », a déploré le Président de la transition.

Le colonel Mamadi Doumbouya a enchainé en disant que concernant la mise en place du Conseil National de Transition, le ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation a reçu pour 81 places, 706 candidatures. « Certaines entités, en plus des candidatures en groupe, ont encore déposé des candidatures individuelles. Nous avons aussi enregistrées des candidatures des mêmes structures avec des signatures différentes pour nous faire croire que tel n’est pas plus légitime que tel… », a-t-il expliqué aux ambassadeurs, trois jours après le communiqué du CNRD déplorant le même comportement des acteurs sociopolitiques du pays.

Le colonel croit pourtant qu’il faire les choses correctement pour éviter de bâcler le processus de mise en place du CNT. « Nous voulons éviter les erreurs du passé et bien faire les choses. Vous conviendrez avec moi que le processus de mise en place d’un Conseil National de Transition bâclé peut avoir des conséquences graves sur tout le processus de refondation de l’Etat. Ce qui est aussi important de comprendre c’est que ce processus se fera correctement », a-t-il dit, avant d’en appeler à la compréhension de tous. Et de terminer en disant : « nous tenons beaucoup à la CEDEAO, je veux tout simplement que les Guinéens cette fois-ci se comprennent, qu’on s’écoute, qu’on arrive tous ensemble à trouver une solution pérenne pour nos enfants et pour nos petits-enfants

« La CEDEAO n’est pas le grand méchant…»

Dans un langage diplomatique, l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire et doyen du corps diplomatique en Guinée a voulu rassurer le Président de la transition. Youssouf Diarassouba a réitéré que « la CEDEAO c’est une famille, nous sommes des frères ». Il a aussi réitéré que les déclarations ou documentations de la CEDEAO ne doivent pas être prises comme un bâton pour flageller la Guinée. « J’ai dit que  c’est des déclarations familiales, fraternelles […] L’Afrique ayant connu ce qu’on appelle l’arbre à palabre, nous pouvons toujours, entre nous, discuter. Il ne saurait avoir de problème sans solution au niveau de notre sous-région. Ce n’est pas possible », a-t-il dit. Et d’ajouter que la Guinée est un pays important pour tous. « Donc, la CEDEAO n’est pas le grand méchant… La CEDEAO est auprès de la Guinée », a-t-il voulu rassurer.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...