Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Fria : la Secrétaire de la commune urbaine en détention pour « escroquerie »

Depuis près d’une semaine, Kadiatou Marchal Camara séjourne à la prison civile. Son interpellation fait suite à une plainte portée contre elle par une dame qu’elle aurait escroquée lorsqu’elle occupait les fonctions de secrétaire générale de la commune urbaine de Coyah.

Selon nos informations, c’est une affaire qui remonte à plus d’une année. La dame Kadiatou Marchal aurait revendu cinq parcelles à plusieurs personnes dont Kadiatou Diallo qui a décidé de la poursuivre.

Selon nos informations, à cette époque, l’accusée s’était lancée dans la facilitation d’obtention de visas. A cet effet, Mme Kadiatou Marchal a rencontré une femme ménagère qui lui aurait remis de l’argent et le passeport de son jeune frère dans l’espoir de rejoindre un pays européen.

Ayant appris que les terrains vendus à Coyah font l’objet de litiges, Kadiatou Marchal Camara a sollicité une mutation qui l’amènera à Fria.

Un jour, elle a rencontré cette dame avec qui elle avait pris de l’argent et le passeport de son jeune frère. Celle-ci lui demande alors le remboursement de son argent. Chose que la secrétaire générale n’aurait pas digéré.

« Un jour la dame s’est rendue chez la secrétaire générale à Sangoya. Elle lui a dit qu’elle ne bougerait pas sans son argent. Elles ont beaucoup discuté et Kadiatou  a dit aux loubards de la faire sortir de chez elle. Ils ont exécuté à la lettre les ordres de Kadiatou. Ils l’ont bien tabassée, la mordue dans le dos et l’a jetée dehors », témoigne un interlocuteur proche du dossier.

Déterminée, la victime la retrouve à Fria et formule une plainte contre elle. Ainsi, la secrétaire générale sera entendue par le juge et sera déférée à la prison civile.

Et selon nos sources, la secrétaire aurait reconnu les faits à lui reprochés tout en accusant la Préfète, Hadja Gnalen Condé.

« Je reconnais que je dois 15 millions à une femme. C’est cette dernière qui est partie voir madame le préfet et madame l’aurais conseillée de porter plainte au niveau du juge de paix. C’est ainsi que la dame a porté plainte à la justice de paix. Le juge m’a convoquée au moment de nos échanges à la justice. Madame a appelé la gendarmerie et ils sont venus m’embarquer pour la prison civile. C’est madame le préfet qui profiterait de cette situation pour régler ces comptes avec moi. Elle serait derrière toute cette procédure. Elle aurait même influencé le juge », explique la mise en cause, Kadiatou Marchal Camara, aujourd’hui en prison.

Contactée, Hadja Gnalen Condé, a rejeté en bloc ces accusations. « Je suis surprise et désolée que Madame Kadiatou Camara parle de moi dans son problème. Je ne sais rien de ses affaires ni comment elle a été mutée ici. Si elle est impliquée dans des affaires floues qu’elle les gère seule. Depuis que je suis à Fria, je n’ai jamais convoqué un citoyen devant la police et la gendarmerie encore moins devant la justice malgré tout ce qu’on peut dire sur moi. Je suis une autorité et j’ai le dos large avec mes citoyens. Tout ce que je sais d’elle, c’est qu’elle est une fonctionnaire au service de la commune urbaine de Fria et ça s’arrête là ».

Aux dernières nouvelles, le maire de la commune urbaine et les conseillers communaux sont en train de mener des démarches pour obtenir la libération de leur secrétaire générale.

En attendant que les démarches de la mairie ne portent fruits, Kadiatou Marchal Camara dort à la prison civile de Fria.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...