Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens
Pub Guneenews Orange

Escroquerie : un pseudo gestionnaire passe aux aveux devant le TPI de Kaloum 

Cette rocambolesque affaire s’est ouverte par devant le tribunal correctionnel de Kaloum, cinq mois après la commission des faits par le prévenu. Dans ce dossier, Lancei Touré alias « Albarka », se disant gestionnaire de profession, est poursuivi par plusieurs parties civiles pour abus de confiance et escroquerie. Son co-prévenu et présumé complice, Mohamed Salif Sylla, maçon de profession, est poursuivi pour recèle.
Sans ambage, Lancei Touré a reconnu les faits à lui reprochés. En revanche, Mohamed Salif Sylla alias Chamack, a tout nié.
A la barre, Lancei a indiqué qu’il avait fait recours à ces pratiques malsaines, dans l’intention de réunir un certain montant pour aller faire des études à l’étranger. Ainsi, pour sa première victime du nom de Mamadou Alpha Kaba, l’escroquerie porte sur un véhicule de marque Toyota dont la valeur est estimable à 150 millions. Mais la victime elle-même estime la valeur de son véhicule  à 250 millions. Concernant cette partie civile, le prévenu a déclaré qu’il a au préalable loué ce véhicule contre un montant de 4 millions à l’effet de le rendre dans un délai déterminer, mais il a fini par le vendre à 4 mille dollars par son co-auteur Chamack.
Pour la deuxième victime nommé Chérif, le prévenu l’aurait promis de lui trouver un emploi dans une entreprise de transformation de tomate. Pour la garantie, il a convaincu la victime à lui remettre une somme de 5 millions et son ordinateur.
Dame Rayanatou,gérante d’un kiosque d’Orange Money, elle, porte plainte pour abus de confiance portant sur un montant d’un million 200 mille que le prévenu lui aurait emprunté à l’effet de lui rendre. Une somme qu’il n’a jamais remboursées.
Parallèlement à ces trois victimes, il a été révélé par l’un des conseils lors de l’audience que le prévenu a été arrêté avec un véhicule de marque Rav4 qu’il aurait aussi prit en location. Le propriétaire de cet autre véhicule s’est également constitué partie civile.
 En rejetant en bloc les faits, Mohamed Salif Sylla alias Chamack a déclare qu’il n’a jamais connu Lancei Touré avant la Maison centrale, à plus forte raison acheter quoi que ce soit  avec lui.
Lancei Touré est pourtant resté ferme dans ses déclarations et a réitéré que c’est Chamack qui a acheté le véhicule avec lui. » Ce jour, je suis partie à la Casse de Madina pour vendre la voiture mais je n’ai pas trouver un acheteur. A la place, un de ses clients m’a donné son numéro, je l’ai appelé et nous nous sommes rencontré à Enco5 où nous avons passé le marché « , a raconté le prévenu.
Dans les procès verbaux de certains travailleurs de la Casse lu par le conseil de la partie civile, il ressort des témoignages que le nommé Chamack est revenu dans la même voiture après le passage de Lancei, pour disent-ils, chercher des pièces de rechange qu’il aurait prit à crédit.
Afin de tirer cette affaire au clair, le juge Ibrahima Diallo a joint au parquet de fournir des diligences pour la comparution de certains travailleurs de la Casse dont, le président du syndicat et celui des vendeurs de pièces détachées.
Ainsi, le tribunal a renvoyé l’affaire au 25 juillet 2023 pour la suite des débats.
vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...