Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Enseignement supérieur : voici les critères qu’il faut pour faire certaines filières à l’université

 La ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, Dr Diaka Sidibé, a animé ce 16 août 2022 un point de presse sur l’orientation des bacheliers et la revalorisation des bourses d’études et d’entretien. Elle était accompagnée de son Secrétaire général, de son chef de cabinet et de son directeur de l’Enseignement supérieur.A partir de l’année universitaire ‪2022-2023‬, les bourses d’études et d’entretien vont enregistrer une augmentation sans précédent. Pour ce qui est des bourses d’études, il y a des critères que l’étudiant doit remplir.  Le début des orientations est annoncé pour le 7 septembre prochain. Les bacheliers ont jusqu’au 17 septembre pour faire leurs choix à travers la plateforme www. www.mersgupol.org.

« Pour être admissible à la bourse d’études dans une des institutions d’enseignement supérieur public de notre pays, il faudrait avant tout  être de nationalité guinéenne, être orienté à travers notre plate-forme d’orientation qui est l’unique voie d’accès aux institutions d’enseignement supérieur public ou être admis au concours ( notamment la médecine à Gamal). Il faudrait aussi que l’étudiant soit reconnu, par un médecin, apte à poursuivre les études, qu’il puisse satisfaire aux modalités d’inscription en  début d’année universitaire et suivre régulièrement les cours », a expliqué Dr Diaka Sidibé, avant d’ajouter qu’il existe aussi des critères pour accéder à la bourse d’entretien : « Pour être admissible à la bourse d’entretien, c’est-à-dire les pécules, y compris la bourse d’entretien d’excellence, certaines conditions s’imposent à l’étudiant. Tout d’abord,  il doit remplir les formalités d’inscription au  début de l’année et suivre régulièrement ses cours. C’est une obligation.  Ce qui veut dire que pour tous ceux qui pensent aujourd’hui qu’il va y avoir assification, parce qu’il y a eu une revalorisation des bourses, ils se trompent.  On ne peut plus venir à l’université juste s’inscrire,  partir et venir toucher sa bourse d’entretien. Il faut satisfaire son cursus, c’est-à-dire suivre régulièrement ses cours. Pour les étudiants entrants en première année, il faut  être orienté ou être admis sur concours ou sur titre dans une de nos institutions. Pour les étudiants des autres années, il faut être régulièrement inscrit et ne pas être concerné par certains points de suppression de la bourse. Si l’étudiant est concerné par l’un de ces points que je viens de citer,  il perd automatiquement sa bourse d’entretien, c’est-à-dire sa pécule, l’une des conditions pas trois. »

Les autres cas auxquels les étudiants doivent faire attention pour ne pas perdre leurs bourses, c’est le redoublement de la classe ou les dettes académiques, l’absentéisme prolongé injustifié : « Le premier, c’est en cas de redoublement, je veux parler des dettes académiques. Dès lors que l’étudiant comptabilise trois dettes académiques dans le même semestre ou des semestres parallèles ou encore impairs ou pairs,  normalement l’étudiant est suspendu et sa bourse d’entretien,  est automatiquement suspendue. Il perd. C’est ça l’échec.  Donc, il faudrait que cela soit très bien saisi, il ne s’agit pas de venir et de rater un cours. Non. Il faut comptabiliser une dette, deux ou  trois dettes académiques pour se voir arrêter dans les cours.  Vous ne pouvez plus vous inscrire dans les semestres suivants.  Il faut d’abord lever cette restriction avant de continuer son parcours dans les autres semestres. Il y a aussi des cas d’exclusion du programme. Un étudiant peut être exclu du programme dès lors qu’il comptabilise plus de trois dettes académiques. Ça veut dire qu’il n’est plus en mesure de supporter cette formation. Il doit être exclu du programme.  Et si cela arrive,  l’étudiant perd également sa bourse d’entretien. Alors que sa bourse d’étude, il a un choix. Mais s’il comptabilise deux redoublements, il perd et la bourse d’études et la bourse d’entretien. Dès lors qu’il y a deux échecs consécutifs, c’est la bourse d’étude.  Un seul échec c’est la bourse d’entretien. Ce qui veut dire que les étudiants doivent comprendre et se saisir de cette opportunité d’aller vers l’excellence,  vers la formation universitaire,  de mieux se former. Que cette revalorisation devienne une arme pour l’étudiant.  Deuxièmement, lorsqu’un étudiant s’absente encore deux mois de façon injustifiée, il perd également sa bourse d’entretien.  Le dernier point, c’est la violation délibérée du règlement intérieur.  Chaque institution d’enseignement supérieur aujourd’hui dispose d’un règlement intérieur qui cadre le parcours de l’étudiant,  à travers la scolarité,  à travers son département,  à travers le rectorat, pour dire attention voici nos droits à l’université et vos devoirs. Si l’étudiant enfreint ce règlement intérieur de façon délibérée, il est traduit en conseil de département,  ensuite en conseil de discipline suivi d’une sanction et il peut se voir exclu. Et il perd de façon automatique sa bourse d’entretien. »

Quant au directeur de l’Enseignement supérieur, Oumar Doumbouya, il a fait savoir qu’il y a des moyennes à avoir pour être admis dans certaines filières. Pour les filières Génie chimique, Génie civil, Génie électrique, Génie industriel et maintenance, Génie informatique, Génie mécanique, Télécommunications, Chimie, Biologie, Maths et Physique de l’Université Gamal Abdel Nasser, il faut obtenir au minimum 12 de moyenne. Il faut avoir également la même note pour faire  le Droit, Logistique et transport, Sciences politiques à l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia. Une moyenne de 11 suffit pour s’orienter en Sociologie.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...