Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Enjeux et perspectives du secteur minier en Guinée : la seconde édition de la formation des journalistes a pris fin ce samedi

La deuxième session de l’atelier de formation des journalistes sur les enjeux et perspectives du secteur minier guinéen a pris fin ce samedi 26 juin à Conakry. La cérémonie de clôture a été présidée par le ministre des Mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba en compagnie de son homologue de l’Information et de la Communication, Amara Somparé.

Pendant trois jours, vingt-un thèmes axés sur les enjeux et perspectives du secteur minier guinéen ont été développés avec les formateurs locaux et les experts venus de la France et de la Côte d’Ivoire. C’est dans le cadre de la politique de la transparence souhaitée par le président de la République, Alpha Condé que le ministère des Mines et de la Géologie a organisé cet atelier. Il vise à avoir des échanges avec les journalistes, professionnels pour qu’ils puissent appréhender au mieux les enjeux et les perspectives du secteur minier.

Peu avant le discours de clôture, Marie Cécile Haba qui s’exprimait au nom des participants,  après avoir remercié le ministère des Mines et de la Géologie et son partenaire Wassolon Agency Communication (WAC), a indiqué que durant cet atelier, les journalistes ont assimilé l’importance du secteur minier dans l’économie nationale mais également, les défis et les enjeux environnementaux dont il faut en tenir compte pour tirer profit du secteur sans compromettre l’avenir des futures générations.

AU nom de ses collègues, elle a souhaité la révision à l’avenir des thèmes journaliers pour faciliter les débats et les échanges. « Nous souhaitons aussi que les éditions futures se tiennent hors de Conakry dans un cadre plus approprié », a-t-elle souhaité.

Pour sa part, le ministre de l’Information et de la Communication, Amara Somparé, a rappelé  que depuis son arrivée à la tête du département, son combat a été toujours d’améliorer la qualification des journalistes, de les rendre plus professionnels en les amenant à avoir une meilleure pratique et connaissance de l’éthique et de la déontologie du métier.

Pour lui, « ce type de formation va vous permettre d’avoir une meilleure connaissance des difficultés qui pèsent sur le secteur minier, des enjeux qui le composent et de tous les défis que le ministère des Mines et de la Géologie à relever depuis l’arrivée à la magistrature suprême le président de la République, Alpha Condé ».

À lire aussi

Par ailleurs, le ministre des Mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba, a fait savoir que contrairement à la première édition, la seconde a posé beaucoup de défis à son département en matière de logistique et de santé. Ce qui    contrait les organisateurs à réajuster le programme à la dernière minute (…).

« Le traitement de l’information est une chose délicate. C’est une lourde responsabilité. Le secteur minier par ses particularités rend la tâche encore plus difficile (…). Nous demandons l’objectivité dans le traitement de l’information. Ce qui a été fait dans le secteur minier est énorme mais c’est très peu par rapport à ce qui reste à faire.  Lorsqu’une mauvaise information est publiée, l’investisseur qui veut mettre 10 millions ou 50 millions de dollars, peut décider de ne pas le faire à cause d’un mauvais article de presse. Alors que vous faites cet article dans le souci que les choses s’améliorent. Cet article a pour impact aussi, d’empêcher la création de nouveaux emplois (…) », a-t-il expliqué.

La cérémonie a pris fin par la remise d’un satisfecit au ministre des Mines et de la Géologie par Wassoslon Agency Communication.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...