Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Empêtrés dans des déboires judiciaires: la descente aux enfers continue pour Alpha et ses «anges déchus» (Édito)

Le début des auditions de l’ancien président et 26 hauts cadres de son régime dans le cadre de la procédure d’enquête ouverte, pour faire la lumière sur les crimes de sang, perpétrés durant son règne, serait imminent. Si l’on en croit le procureur général près la Cour d’Appel de Conakry, M. Charles Wright, qui a levé un coin du voile sur ce processus de mise en examen de ces personnalités, dont les biens seront saisis, dans la même foulée, conformément aux réquisitions du parquet du tribunal de première instance de Dixinn.

Charles Wright qui a fait cette grande annonce, dans l’émission Mirador, de la radio FIM-FM, entend rassurer ainsi les citoyens, de la volonté de l’appareil judiciaire de rendre justice aux victimes du pouvoir déchu. Ce procureur teigneux, n’est pas du genre à lever le pied face à l’injustice subie par des citoyens. Pour des faits considérés comme étant suffisamment graves, comme le stipulent les chefs d’accusation, portant sur « des faits d’atteintes volontaires à la vie humaine notamment le meurtre, assassinat et complicité de meurtre et d’assassinat ; des atteintes involontaires à la vie et complicité d’atteinte involontaire à la vie et de complicité ».

Des faits qui dénotent l’incurie et l’impunité qui ont caractérisé le règne d’Alpha Condé, durant plus d’une décennie.

Ce processus judiciaire ne serait qu’un retour de manivelle pour un pouvoir dont l’impudence et l’indifférence face aux tueries enregistrées sous son magistère, frisaient l’insolence.

Alpha et ses « anges déchus » ne croyaient certainement pas se retrouver un jour dans l’œil du cyclone judiciaire. Mais c’était simplement faire preuve de cécité, en ignorant que « les voies du seigneur sont insondables ». Et que « tout se paie ici-bas », comme le dit l’adage. Même si nous n’insinuons rien, par rapport à la culpabilité ou pas de ces anciens dirigeants, qui jusqu’à preuve du contraire, continuent de bénéficier de la présomption d’innocence.

Il conviendrait toutefois de saluer ce volontarisme des autorités de la transition, à vouloir laisser les coudées franches à la justice, afin de faire toute la lumière sur les victimes tombées sous les balles, durant le règne d’Alpha Condé. Une occasion en or pour notre appareil judiciaire, qui a besoin de redorer son blason. Après avoir servi de caution à toutes les turpitudes des régimes défunts.

C’est en cela, le procureur général près la Cour d’Appel de Conakry mérite tous nos encouragements. Vu la témérité et le courage dont il fait preuve, dans la lutte contre l’impunité. Un saut qualitatif favorisé par l’environnement créé par la junte. Chose que le professeur Hassan Bah, de la médecine légale, a d’ailleurs reconnu hier mardi, alors qu’il s’exprimait sur l’autopsie du jeune collégien Thierno Mamadou Diallo, tué la semaine dernière dans la commune de Ratoma.

Ce réveil de nos magistrats pourrait servir d’adjuvant à notre démocratie, à la grande satisfaction de tous ceux qui aspirent à vivre dans la liberté. Un luxe dont les Guinéens ont toujours été privés, depuis la nuit des temps.

Cette annonce de Charles Wright prouve que l’ancien président qui a été évacué récemment en Turquie pour des soins, et ses « anges déchus », ne sont pas au bout de leurs peines.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :