Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

EDG : Laye Sékou Camara prend les rênes de l’entreprise

Nommé le 17 mars dernier, le nouveau directeur général d’EDG (Electricité De Guinée) Laye Sékou Camara a été installé dans ses fonctions ce mardi 22 mars.

La cérémonie de passation de service s’est déroulée au ministère de l’Hydraulique et des Hydrocarbures en présence de la cheffe de cabinet madame Nima Bah.

Pour le directeur sortant, Bangaly Maty, c’était l’heure du bilan. Monsieur Maty a indiqué qu’il a travaillé sur quatre axes à partir desquels un plan sur 5 ans a été élaboré en vue de fournir de l’électricité de qualité aux populations. Un plan d’action qu’il n’aura exécuté en partie avant son limogeage le 17 mars dernier. «Je remercie tout le monde pour les deux ans passés à vos côtés et la collaboration qui nous a permis d’avoir ces résultats… Je souhaite à la nouvelle, notamment le nouveau directeur général, le courage et la chance de pouvoir poursuivre toutes ces réformes », a-t-il dit à la fin de son intervention.

Les quatre axes stratégiques sur lequel le directeur sortant dit avoir travaillé sont : la réduction de la subvention, la sécurisation des recettes, le renforcement des capacités et l’engagement avec les parties prenantes. Sur la réduction de la subvention de la subvention, Bangaly Maty dit avoir réussi la réorganisation de l’appareil commercial autour du concept de gestion transformateur, le déploiement de 117 compteurs totalisateurs à Kaloum pour mesurer avec exactitude l’énergie livrée sur l’agence et l’intégration de plus de 40 000 compteurs à Conakry et à l’intérieur du pays, acquis sur fonds propres.

Sur la sécurisation des recettes, il met à son actif la dématérialisation de l’envoie des factures, l’instauration du paiement mobile… Il a cité l’autonomisation des traçabilités de l’ensemble des processus commerciaux comptables, financiers, de ressources humaines et de gestion de stocks, la dématérialisation des bons de commandes, des bons de sortie… comme des réformes dans le domaine commercial.

Trois cent soixante-treize milliards à la mi-mars   

Selon Bangaly Maty, toutes les réformes engagées ont permis d’aboutir à des résultats comme l’installation de plusieurs centrales thermiques à l’intérieur du pays dont 14 mégawatts à Kankan et 3 mégawatts à Siguiri. Mais aussi, le raccordement de plusieurs postes d’interconnexion, l’amélioration de l’éclairage public dans la ville de Conakry…Côté finance, a signalé le directeur sortant, un encaissement record de 111 milliards a été atteint en février 2022 contre 69 milliards à la même période en 2020. Quant au compte fournisseurs, a-t-il poursuivi, il a été réduit de début 2020 à fin 2021 de 1804 milliards francs guinéens. Et, le solde de la trésorerie à la mi-mars 2022 est de 373 milliards à la mi-mars 2022 contre 88 milliards francs guinéens en février 2020, soit une augmentation de 285 ou 324 % en 2 ans.

 Un moteur d’attraction des investisseurs

En prenant fonction ce mardi, Laye Sékou Camara a remercié son prédécesseur pour lui avoir facilité la transition. Il a ensuite évoqué quelques grands axes d’intervention qui lui paraissent intéressants à explorer pour intensifier la participation d’EDG à la croissance économique du pays. Il a alors indiqué que le principal défi est le repositionnement de la société dans un environnement international changeant et évolutif. « L’EDG doit être un moteur d’attraction des grands investissements. Je m’appliquerai à ce qu’il en soit ainsi non seulement par des actions ponctuelles, mais aussi par un meilleur déploiement des ressources mises à notre disposition », a dit Laye Sékou Camara. Pour lui, l’autre défi majeur serait d’évaluer la possibilité d’étendre la durée de vie des actifs de l’entreprise. « C’est une démarche que le conseil d’administration soutiendra en vue d’accélérer l’accomplissement de la modernisation et de la compétitivité de nos services pour faciliter la conquête des marchés des pays voisins », a-t-il dit.  L’autre défi à relever, selon Camara, c’est la poursuite de l’amélioration de la gouvernance de l’entreprise à travers la poursuite du plan de redressement déjà mise en œuvre, l’amélioration de la situation financière de l’entreprise, la poursuite des ajustements tarifaires nécessaires à la réduction progressive de la subvention…

 

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :