Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Dubréka : les citoyens dénoncent la prolifération des unités industrielles et ses impacts négatifs sur leur vie

La préfecture de Dubréka, précisément la zone de Kagbelèn abrite plusieurs unités industrielles. Il y a toutes sortes d’usines.

Il y a des usines de fabrication de ciments, de tôles, farines, gaz, fer à beton etc.  Mais, en dépit d’une présence massive d’unités industrielles, les riverains de cette zone vivent non seulement dans la précarité mais aussi avec beaucoup de risques sanitaires.

A Kagbelèn, plus d‘une quinzaine d‘usines y sont installées. Dans un pays normal, les habitants de cette localité devraient être parmi les plus riches du pays. Mais, ce n’est pas le cas. Beaucoup parmi eux se plaignent et dénoncent de façon permanente les effets nuisibles que produisent de façon continue ces unités industrielles.

En plus des effets sur la santé des riverains, il y a la pollution de l‘environnement occasionnant le tarissement de certains puits dans la zone.  A ceci, les citoyens déplorent aussi l‘absence d’actions du développement en faveur de la communauté de la part de ces usines.

Une situation que le chef de quartier de Kagbélén-Plateau, Hasmiou Camara, dénonce : “l‘installation de ces usines ici à Kagbelèn-Plateau a des effets néfastes. Si je savais qu‘on allait installer ces usines pareilles ici, je n‘allais pas acheter un terrain et le construire pour y  habiter. Parce que ça tue la population à petit feu. Quand vous regardez les tôles, elles sont couvertes de couches de poussières. Il y a des usines partout. Nous déplorons également que le recrutement se fait à  leur discrétion. 

Cependant, nous avons des jeunes qui n‘ont pas d‘emplois. Nous demandons à l‘Etat d‘intervenir  auprès  de ces unités industrielles pour pouvoir nous dédouaner devant la population qui pense que nous recevons de l‘argent de la part des responsables de ces usines. De même, nous lançons un appel aux responsables de ces unités de venir rencontrer les responsables du quartier pour pouvoir exprimer leurs besoins”.

Pour sa part, le maire de la commune Urbaine de Dubréka, Elhdj Alsény Bangoura, reconnaît que les imapcts négatifs auxquels sont exposés la population.

Selon lui, les responsables de ces unités industrielles n‘apportent absolument rien au développement des communautés.

Ainsi des responsables d’usines interrogés par notre rédaction n’ont pas daigné répondre à nos questions. Par contre d’autres, sous l‘anonymat, nous ont affirmé qu‘ils respectent toutes les procédures administratives en payant des redevances au ministère de l‘Industrie, du Commerce et des PME.

D’ailleurs, le chargé de communication de Cimaf, l’une de ces unités industrielles affirme que la vision de son Groupe, c‘est le respect des normes l’environnementales. A l’en croire, Cimaf dispose de toutes les technologies pour assumer la sécurité et la santé de leurs voisins.

S’agissant du rapport social, le chargé de communication affirme le groupe Cimaf entretient de très bonnes relations avec  le voisinage et l’Etat.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...