Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Dialogue politique : Ousmane Gaoual explique les raisons du blocage 

Les facilitatrices du cadre du dialogue récemment désignées par le président de la transition, le Colonel Mamadi Doumbouya n’arrivent pas à rencontrer certaines coalitions politiques les plus représentatives du pays.
Cependant, le porte-parole du gouvernement et par ailleurs,  ministre des Postes, de Télécommunications et de l’Économie Numérique, Ousmane Gaoual Diallo a fait savoir ce mercredi 12 octobre chez nos confrères de la radio Espace Fm que ces facilitatrices ont été choisies en fonction de leur parcours et leur probité morale.
D’après lui, personne ne fait l’unanimité en Guinée. « Le gros problème, ce sont les poursuites judiciaires. Ils ne veulent pas le dire publiquement. Ce sont les poursuites judiciaires qui créent le blocage de leur participation à ce dialogue. L’autre aspect, c’est le manque de sincérité », a-t- il expliqué.
Poursuivant, il a rappelé  que dès le début, la volonté du gouvernement et celle du CNRD ont été exprimées pour mettre autour de la table tous les acteurs politiques et ceux de la société civile pour trouver des solutions alternatives pour permettre à la Guinée d’avancer.
« Nous avons estimé qu’un cadre de concertation était l’espace idéal pour faire cette rencontre. Cela n’a pas plus à certains partis politiques qui ont toute suite essayé de jouer sur la sémantique en opposant le dialogue à la concertation. Moi, je ne connais pas en réalité qu’elle est la différence. Qu’on se concerte, qu’on dialogue, si on se retrouve autour de la table, la finalité c’est de trouver un consensus pour avancer (…) », a t il indiqué.
Et d’enchaîner : « dans la déclaration du Dr Fodé Oussou Fofana, il semble revendiquer une gouvernance collégiale, ce qui veut dire une prise de décision collégiale, chose qui ne marche pas. Le dialogue est mené par une entité qui est l’État. Sous le régime défunt, ce n’est pas les décisions collégiales qui créaient les cadres de dialogue », a-t-il déploré.
vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...