Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Dialogue inclusif : Ce que Cellou Dalein réclame

Le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (Ufdg) est revenu aujourd’hui sur le dialogue inclusif organisé récemment par les autorités de la transition. Chez nos confrères de Fim Fm, Cellou Dalein, à l’image des autres coalitions politiques et forum des forces sociales, a rejeté les recommandations issues de ce dialogue piloté par les facilitatrices composées de Dr Makalé Traoré, Hadja Aïcha Bah, et et Mme Joséphine Léno.

Selon lui, le vrai dialogue sollicité par les forces politiques et sociales guinéennes, n’a pas encore eu lieu. « Nous vous voulons qu’il y ait un dialogue crédible, avec la participation des partenaires techniques et financiers. Parce qu’ils fournissent de l’assistance financière et technique, mettent en place des observateurs électoraux et veulent que le processus électoral soit crédible », a indiqué l’ancien chef de file de l’opposition.

« Nous voulons que ce dialogue ait lieu. Il n’a pas eu lieu. Nous avons fait une déclaration pour dire qu’on n’est pas lié ni avec les recommandations ni avec les résolutions issues de ce dialogue-là. Parce que nous n’avons pas participé et nous croyons représenter 95% du corps électoral.

Tous les dialogues qu’on a eus. Ils étaient là (partenaires techniques et financiers, ndlr) et cela même au temps d’Alpha Condé.

Les créanciers doivent être présents parce qu’ils doivent transformer en loi les consensus qui pourraient se dégager. Il faut bien qu’ils maîtrisent l’esprit du consensus. De l’autre côté, il y a les partis politiques qui vont aux élections, et qui ont une expérience et qui peuvent apporter une valeur ajoutée aux débats. Et en face, il y a le Gouvernement et le CNRD qui détiennent le pouvoir et qui doivent permettre aux autres de participer pour qu’ils finissent ensemble les modalités d’organiser les élections et les conditions à réunir pour qu’elles soient transparentes et que les institutions qui sortiront de ces élections soient légitimes et légales », a-t-il noté.

Cellou Dalein ajoute : « nous soutenons la résolution de la CEDEAO pour qu’il y ait un dialogue pour déterminer les modalités à l’ordre constitutionnel et que ce soit précis qu’on ne dise pas que c’est un accord dynamique ou compromis dynamique« .

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...