Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Depuis l’étranger, Dalein met en garde la junte, rassure ses militants et fixe des conditions pour le dialogue

« Il faut que le CNRD arrête son acharnement contre les leaders politiques… Le combat continue et soyez sûrs que notre combat sera victorieux… Ce n’est pas quelqu’un d’autre qui va décider de qui n’a pas le droit, que tel doit être élu ou pas. C’est cela la démocratie. Notre combat va aboutir. »

L’Union des Forces Démocratiques de Guinée a tenu ce samedi 26 novembre son assemblée hebdomadaire à son siège à la Minière. Son président, Elhadj Cellou Dalein Diallo a mis l’occasion à profit pour s’adresser à ses militants via une visioconférence.

Il a entamé ses propos par louer le courage et le dévouement des militants avant d’aborder l’ouverture du cadre de dialogue inclusif inter-guinéen.

 » Je ne suis pas en Guinée pour des raisons que vous connaissez… Il faut que le CNRD arrête son acharnement contre les leaders politiques dont certains sont en prison ou en exil. Nous sommes conscients d’être des demandeurs de dialogue, mais le dialogue doit être bon. Et pour qu’il soit très bon, il faut qu’il y ait la confiance.

Le dialogue politique qu’on demande, est un dialogue où on peut décider de l’organisation, du retour à l’ordre constitutionnel. Ce qui suppose que l’ordre du jour va être consacré à l’examen des questions qui peuvent permettre à notre pays de reprendre sa place au sein de la CEDEAO, de l’Union Africaine et bénéficier de la reprise pleine et entière de la coopération économique notamment avec les partenaires qui nous ont suspendus. En raison du coup d’Etat.

Nous discuterons alors des cadres juridiques des élections. Il faut un code électoral et après des conditions matérielles et techniques de l’organisation des élections, il faut des urnes, des isoloirs. Jusque maintenant, on n’a pas fait l’inventaire de ce qu’on a. Donc, il y a problème. La vocation d’un parti politique, c’est d’aller aux élections surtout lorsque le pays est dans une période d’exception.

Le combat continue et soyez sûrs que notre combat sera victorieux… Ce n’est pas quelqu’un d’autre qui va décider de qui n’a pas le droit, que tel doit être élu ou pas. C’est cela la démocratie. Notre combat va aboutir. Continuons à nous mobiliser. Mais, la vérité finira par triompher. Je suis sûr que vous êtes plus mobilisés et prêts à tout appel du parti « , a déclaré l’ancien Premier ministre et président de l‘UFDG.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...