Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Culture : vers la réglementation du cinéma guinéen

Une réunion de concertation  entre  responsables et acteurs de cinéma a eu lieu ce jeudi 23  août au Musée national, sis à Sandervalia, dans la commune de Kaloum.

Cette rencontre a été une occasion pour les participants d’échanger sur les problématiques liées à la promotion du cinéma guinéen, sa réglementation et aux droits d’auteur.

Il s’agit d’une initiative du département  en charge  des Sports, de la Culture et du patrimoine historique. Elle vise à édifier les acteurs du cinéma sur la réglementation du secteur en vue de la mise en place d’une synergie d’actions afin de booster l’audiovisuel en Guinée. Ceci, en prélude à la journée africaine  du cinéma prévue le 12 octobre prochain.

Dans son intervention, l’émissaire du département de tutelle, Kerfalla Mankanéra a rappelé le rôle du Bureau Guinéen des Droits d’Auteurs (BGDA) qui consiste à protéger la propriété intellectuelle. Il a ensuite exhorté les producteurs de Cinéma à se procurer de la licence auprès de l’office national de la  cinématographie, de la photographie et de la vidéographie  de Guinée (ONACIG).

À lire aussi

Prenant la parole, Kaba Ibrahim, le coordinateur général du Cinéma  a  égrené les multiples problèmes auxquels sont confrontés les producteurs  et comédiens. Il a surtout pointé un doigt accusateur sur le piratage des œuvres artistiques au grand dam du Bureau Guinéen des droits d’auteurs. Il invité ses collègues à se battre pour respecter les droits de propriété intellectuelle.

En dépit des accusations portées à l’encontre du BGDA, son directeur général, Abass Bangoura a insisté à ce que les œuvres des comédiens soient protégées. Pour ce faire, il appelle les comédiens, artiste et autorités à une synergie d’actions.

Pour finir, la directrice générale de l’office de la cinématographie, de la photographie et de la Vidéographie de  Guinée (ONACIG), Mariama Camara a exhorté tous les acteurs du cinéma guinéen aux respects des règles qui régissent la pratique du cinéma afin de mettre un terme à l’anarchie qui gangrène le secteur en Guinée.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...