Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Culture: la journaliste Kadiatou Kaba fait son entrée dans le club sélect des écrivains guinéens

Le paysage littéraire guinéen vient d’enregistrer l’arrivée en son sein de Mlle Kadiatou Kaba, journaliste présentatrice du journal télévisé à la Radiodiffusion Télévision Guinéenne. Notamment à travers son ouvrage intitulé Cœur meurtri.

Ledit ouvrage de 100 pages est réparti en quatorze chapitres pour cinq grandes parties. La première aborde la famille ordinaire, la deuxième exposé sur les réalités de la vie, la troisième parle de la cruauté de la vie, la quatrième, de la ville de Kankan. La cinquième et dernière grande partie du livre parle du retour à Conakry.

Il s’agit d’un livre d’hommage que l’auteure dédie à son défunt père. Selon Kadiatou Kaba, il a été rédigé durant les périodes les plus douloureuses et difficiles de son existence.

« Si j’ai décidé d’écrire Cœur meurtri, c’est parce qu’au fond de moi, j’avais mal. J’avais envie vraiment de partager avec les autres mes sensations, mes émotions. Et pour moi, la meilleure façon de les exprimer, c’était de se mettre à l’écriture », a-t-elle motivé.

Citant Christian Boban qui définit l’écriture comme un cœur qui explose en silence, Mlle Kaba soutient que pour elle, la meilleure façon de se dégager, de se libérer, de surmonter des épreuves dures, c’est de se mettre à l’écriture.

Et donc, après la publication de ce livre, je me sens apaisée. Si hier, j’avais le cœur meurtri, aujourd’hui, à travers toutes ces éminentes personnalités mobilisées autour de moi, je pense que ça va. Parce que les voir à mes côtés, c’est un signe d’espoir, d’amour et d’affection. Oui, l’écriture m’a libérée. Oui, l’écriture m’a aidé à me vider. Oui, l’écriture m’a permis de me rapprocher de l’être cher que j’ai perdu, qui est mon père. Oui, l’écriture m’a permis de pouvoir célébrer mon père comme je l’aurais souhaité. Et pour moi, la meilleure façon de le célébrer, c’était de l’immortaliser à travers ce livre. Aujourd’hui, je l’immortalise certes, mais je m’immortalise aussi », a fièrement exprimé la jeune écrivaine.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :