Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Crise à la Féguifoot : les vérités crues de l’émissaire de la Fifa aux parties prenantes

A Conakry depuis hier lundi, le Directeur régional de la division des associations membres de la FIFA pour l’Afrique, a animé une conférence de presse ce mardi 28 novembre 2023. Une sortie médiatique consacrée exclusivement à la crise qui secoue le football guinéen depuis deux ans. Pour Gelson Fernandes qui n’y est pas allé avec le dos de la cuillère, ‘’le destin du football guinéen est dans les mains des Guinéens.’’

« La Guinée est maître de son destin. Elle choisit ce qu’elle veut faire. Les membres statutaires choisissent ce qu’ils veulent faire. Nous, on va donner notre position dans les prochains jours. C’est la Guinée qui décide où elle veut aller et c’est dans quelle catégorie de fédération et de pays, elle veut être. Tout le monde parle de potentiel, il n’y a pas de problème. Par contre, il faut mettre des choses en place pour que le potentiel soit exprimé. Moi, je vais le dire clairement et honnêtement, la balle est dans le camp de la Guinée, pas dans le camp de la FIFA, ni dans le camp de la CAF. La balle est ici. Si les gens décident de se mettre ensemble et de travailler pour qu’on avance, on le fait. Si les gens n’ont pas envie qu’on se mette ensemble ou n’ont pas envie qu’on travaille, on verra…», a-t-il expliqué.

S’agissant de la nouvelle date du prochain congrès électif de la FEGUIFOOT, l’émissaire de la FIFA a laissé entendre qu’il se pourrait qu’il n’y ait plus d’élections en Guinée. Tout de même, il fait savoir que la FIFA est pour le respect des textes et du statut.

À lire aussi

« Peut-être jamais il n’y aura d’élection ,si on décide de boycotter. Je ne sais pas, pour être honnête. Il va y avoir une feuille de route qui sera faite par la commission électorale et qui sera validée par la FIFA, la CAF… Je ne décide pas qui rentre dans la salle. Je n’ai pas ce pouvoir là. La seule chose que je dis à tout le monde, mettons de côté nos égos, mettons de côté les problèmes personnels et pensons au football guinéen, à notre jeunesse, à nos enfants, à nos clubs, à nos ligues régionales, à nos filles et même aux journalistes. Certains vivent de ça, surtout la presse sportive. On n’a pas d’intérêt pour qui que ce soit. On est pour les textes et le statut » , a déclaré Gelson Fernandes aux différentes parties prenantes à la crise de la féguifoot.

Quand l’émissaire de la FIFA crève l’abcès et met les les acteurs du football guinéen devant leur responsabilité

« Vous pensez qu’on n’observe pas, vous pensez que nous sommes loin et que nous ne sommes pas pleinement conscients de la situation. La situation est grave. C’est un fiasco. Je dirai même que c’est un fiasco historique international, dans tous les cas, sur le continent africain. Moi, je n’étais pas pour vous personnellement, en tant que Directeur Afrique. C’est un désaveu et ça fait mal. On ne peut pas rêver dans des situations pareilles, à l’orée d’une Coupe d’Afrique des Nations. La CAN, c’est quelque chose qui réunit toutes les couches de la population. Je suis allé courir ce matin. Si je vois le regard des enfants, j’ai vu des élèves en uniforme, eux ils n’y sont pour rien. Eux, ils veulent porter ce maillot du Syli, ils veulent voir leur équipe nationale briller et ils veulent être fiers de leur pays. Je vais un peu tomber dans l’émotion, mais pour moi, c’est un désaveu terrible. Par ce que  les dirigeants ou les membres de la FIFA qui me demanderont qu’est-ce qui s’est passé en Guinée ? Qu’est-ce que je vais dire ? Est-ce qu’on est cohérent dans ce qu’on fait ? On parle football, 1ère division, 2ème division, championnat national, championnat national pour les jeunes, championnat pour les filles. Dans trois jours, il n’y aura plus de comité de normalisation. On fait comment ? Qui finance ça ? Qui administre ça ? Il n’y a pas de Comité Exécutif élu, il n’y aura pas de comité de normalisation, il n’y aura pas de leadership, il n’y aura pas de Football. Est-ce qu’on souhaite ça réellement ? Vos joueurs de qualité vont réfléchir deux fois demain avant de jouer pour leur pays », a-t-il enfin martelé.

Faut-il souligner que les autorités sportives guinéennes ne sont jusque-là pas parvenues à trouver un accord quant à la mise en place d’un comité exécutif de la fédération guinéenne de football (FGF). Le dimanche dernier, le congrès électif de cette plus haute instance du football guinéen a été reporté sine die.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...