Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Conakry : témoignage pathétique du père d’un détenu politiquep

Malade depuis près de six ans, Mamadou Baïlo Diallo ne comptait que sur son fils pour pouvoir nourrir la famille. Malheureusement, ce dernier a été arrêté par les forces de sécurité et mis en prison depuis 9 mois.

Assis dans sa véranda, Mamadou Baïlo sort un sachet plastique rempli de bavettes qu’il distribue aux enfants qui entrent dans la cour ; Covid-19 oblige. Aux personnes âgées, il trouve comment leur obliger de porter le masque : « Les bavettes sont ici, monsieur ». Âgé d’au moins 64 ans, il ne badine pas avec les gestes barrières contre le Coronavirus devenu très virulent ces derniers mois en Guinée.

Ces détails réglés, il revient sur l’arrestation de son fils, Amadou Diouldé Diallo, qui faisait partie de la cellule de communication de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) lors de la campagne électorale de la présidentielle de 2020.

« Mon fils, après la campagne présidentielle, est tombé un peu malade. Quand sa santé s’est améliorée, un ami à lui l’a invité à un baptême pour prendre des photos. Il est revenu du baptême pour verser ces photos-là dans l’ordinateur. Il est sortir prendre l’ablution pour la prière de 14h. C’est là qu’ils sont venus l’arrêter. Ils ont pris son ordinateur et ses téléphones », explique-t-il, avec une colère noire, car son fils qu’on a jeté en prison n’est qu’un simple photographe, puis reconverti en caméraman au fil du temps. C’est lui qui aidait la famille grâce à ce qu’il gagnait dans les baptêmes et mariages. C’était sa principale activité.

Mamadou Baïlo rappelle que son fils a été victime deux fois dans les violences enregistrées lors de la campagne électorale et après le scrutin présidentiel. Il était en train de se préparer pour son mariage quand la maison où il a gardé ses premiers achats a été pillée par des forces de l’ordre : « Quand il était en campagne, les jeunes ont attaqué la maison où il dormait avec son ami à Wanindara. Ils ont tout brûlé. Ensuite, il avait acheté une valise, un lit et matelas qu’il a confiés à son ami qui est vers le cimetière à Yattaya ici. Les forces de sécurité ont attaqué leur maison et ont emporté tout ce qui était là-dans. »

Malade depuis 2015, Mamadou Baïlo demande au président Alpha Condé de libérer son fils qui l’aide à trouver ses médicaments : « Depuis qu’ils l’ont arrêté, ça fait neuf mois. Ils n’ont pas dit pourquoi ils l’ont arrêté, ils ne l’ont pas jugé. Moi je suis malade, couché à la maison. C’est sa maman qui sort se débrouiller pour nous trouver quoi manger. C’est lui qui m’aidait à avoir mes médicaments. Alors, ce que je demande au président Alpha Condé, c’est de libérer mon enfant, libérer tous ceux qui sont détenus arbitrairement. Il n’a qu’à libérer mon fils Amadou Diouldé à cause de Dieu. Il n’a rien fait, il n’a commis aucun crime. »

La maman du jeune photographe ne peut retenir ses larmes chaque fois qu’il pense que son enfant est en prison. Tout comme son mari, elle demande la libération de son fils.

Lire vidéo :

 

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :