Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Circulation sous la pluie : quand il pleut…plein d’embouteillages !

Lorsqu’il pleut à Conakry, comme c’est le cas maintenant, mieux vaut garder patience. Que de rouler en voiture, surtout de  »santé » fragile. C’est le moment où la circulation fait « plouf » et « se noie. » Tellement «la pluie est beaucoup 

La nuit, c’est encore pire. La visibilité est réduite. Tout s’arrête ou presque, sauf les embouteillages. Carrefours et ronds-points s’engorgent. Rien ne passe.

Et c’est parti pour de longues heures de séjour forcé à bord de caisses, euh ! de compartiments aux vitres plombées. Une vraie claustrophobie, on vous dit ! Qui fait regretter d’être sorti.

Mieux vaut, vraiment, ne jamais se retrouver dans de pareils draps. Beaucoup laisseraient volontiers leur véhicule, devenu prison.

À lire aussi

Pour les agents aussi, « pluie, c’est vrai cauchemar, surtout la nuit. » Les sifflets « prennent de l’eau », les masques anti-covid aussi, la coordination devient bancale. Ils sont trempés comme des poulets mouillés. Malgré leurs capes imperméables. On les remarque à peine et leurs ordres, imperceptibles, ne passent plus. Les risques qu’ils prennent dans le noir et sous la pluie battante, sont grands. Mieux vaut qu’ils s’effacent. Hélas, aussitôt partis, c’est l’anarchie qui prend le relais. Et c’en est fini du code de la route.

De tous côtés, arrivent en trombe, des chauffards pressés, impatients, nerveux, discourtois à souhait. Qui donnent de la voix pour se frayer une voie, à tout prix, à tue-tête et à coups de klaxons rageurs. Dans ce tumulte, des bagnoles s’accrochent, ajoutant au blocage.

C’est connu, on voit mal la nuit. Question phares, nos engins sont loin des normes requises. Les trous, recouverts d’eau, sont des pièges pour fonceurs impénitents. Une excuse pour les doubles files. Cette ambiance délétère s’aggrave d’un net déficit de communication. Personne n’écoute. Personne ne cède. Et au final, personne ne gagne ! Et c’est parti pour de longues heures de blocage. Une situation aux conséquences très dommageables.

Conakry sera, en partie, guérie de ses embouteillages sous la pluie, quand l’assainissement sera effectif, les trous bouchés, les rues éclairées, les agents équipés et respectés, les chauffards « redressés. »

Vaste programme, où investissements publics, sens civique, formation, sensibilisation et sanctions sont attendus. Pour que ça roule ! Comme l’optimisme nous l’a toujours fait dire.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...