Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Campagne agricole 2022 : les ventes d’engrais en baisse à Lélouma

 

La direction préfectorale de l’agriculture et de l’élevage de Lélouma a enregistré cette année le plus bas chiffre de vente d’engrais. Pour une sollicitation de trois cent tonnes pour la campagne en cours, la localité s’est vue octroyer seulement quarante. La direction préfectorale et la chambre préfectorale ont du mal à écouler cet intrant. Depuis le début du mois de mai, seulement une tonne environ a été à présent écoulée, a appris Guinéenews.
Sur la situation, Abdoulaye Djibril Diallo le directeur préfectoral tente d’apporter des précisions :  » (…). Dans notre plan d’élaboration de la campagne de cette année, on avait sollicité 300 tonnes d’engrais. Et l’Etat nous a envoyé 40 tonnes pour le moment.(…). C’est vrai que cette année contrairement aux années précédentes, il n’y a pas eu encore de l’affluence par rapport à la vente de cet engrais. Sur  ces 40 tonnes encore reçues, on a pu vendre qu’une seule tonne« , regrette dès l’entame le directeur.
Sur la même lancée, Lamarana Para Diallo, le président de la chambre préfectorale d’agriculture renchérit en ces termes :  » ces dernières années, j’ai toujours eu la charge de gérer les intrants agricoles. Mais cette année, le constat lié à la vente de ces intrants notamment les engrais reste encore amère. Sur les 40 tonnes qu’on a reçues au début du mois de mai dernier, nous n’avons pu vendre qu’une tonne. Et c’est une première. Mais on espère que la donne va changer très bientôt avec l’approche de la période du jardinage. Sinon sincèrement il n’y a pas eu d’affluence cette année par rapport aux années précédentes », nous fait remarquer le producteur et président de la chambre d’agriculture.
Interrogé par rapport aux éventuelles causes de ce manque d’affluence autour de l’achat de ces engrais, le directeur préfectoral pense que c’est le prix qui serait un peu élevé pour certains paysans.
 » C’est probablement à cause du prix. D’aucuns estiment le prix très élevé. Parce que cette année, le sac est vendu à 450 mille francs guinéens. Cependant, on avait l’habitude de le payer à 235 mille. Donc le prix s’est vu doubler cette fois-ci. En tout cas c’est ce que beaucoup de producteurs nous ont raconté. Et c’est le moment de signaler que c’est seulement la variété « triple » qu’on a reçue », explique toujours Abdoulaye Djibril Diallo.
Toujours dans le même ordre d’idée, des producteurs interrogés ont ouvertement pointé du doigt la cherté de ces engrais d’où le manque d’affluence et la nécessité de se tourner vers d’autres engrais naturels pour faire connaître leur culture.
 » Cette année, je ne peux pas supporter les frais liés à l’achat de l’engrais. C’est très coûteux par rapport à ma revenue. Donc je vais utiliser les engrais naturels comme la boue de vaches et autres pour pouvoir m’en sortir », explique hors micro un paysan.
vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...