Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Boffa : Pourquoi les paysans étaient confrontés à des difficultés lors de la campagne agricole 2020?

La campagne agricole 2020 à Boffa a  connu beaucoup de difficultés. Ce qui a négativement joué sur le rendement des paysans dans les différentes collectivités. Cela est dû au retard accusé de l’assistance de l’État aux paysans en intrants agricoles.

Le directeur préfectoral de l’Agriculture de Boffa, le Dr Alseny Camara, explique : “nous voulons que le calendrier agricole soit respecté. Désormais, qu’on nous envoie des semences à temps. Les semences qui étaient là au moment de la pandémie sont venues au mois de juin. Donc cela a créé de sérieux problèmes. L‘accès était très difficile. Et vous savez surtout les intrants, on n’accepte pas que l’eau soit mise sur eux. Donc ça été un problème.

Mais finalement, on a pu gérer la situation. Ainsi la quantité que nous avions reçue était petite. Nous voulons qu’elle soit doublée au regard de la potentialité de cette préfecture. Il y a eu quatre sous-préfectures qui étaient dans ce programme. Alors, les autres sous-préfectures qui ne l’ont pas eu, cela a voulu nous créer des problèmes.

À lire aussi

Certains bénéficiaires n’ont été enrôlés parce que ce sont les ménages les plus pauvres. Ça c’était un objectif du gouvernement. On les remercie parce que les MPK sont de type d‘engrais de fond et l’urée technique qui l’accompagne comme engrais de couverture était de la partie. Sans mettre de côté les semences que nous avions reçue en provenance du centre de recherche. A cela s’ajoute l’herbicide”.

Poursuivant ses interventions, le DPA de Boffa a fait des recommandations à l’État : “Nous voulons que les semences que nous allons recevoir cette année soient accompagnées par des fiches techniques. Ça pourra permettre aux conseillers  qui sont chargés de transfert de la technologie en milieu paysan d’être au même niveau d’information que le centre de la recherche. Cela va leur permettre d’avoir une autre capacité de transfert. Nous voulons aussi le renforcement de capacités de ces paysans. Je sais que c’est un problème d’urgence, mais un paysan qui ne connait pas ses doses, le problème restera toujours.”

Mama Camara, ce paysan rencontré à Yéguélen, un des districts de la commune rurale de Colia Lambanyi, situé à 7 kilomètres de ladite commune, plaide pour la création d’un comptoir agricole à Colia Lambanyi afin de faciliter la tâche à tout le monde. “L’obtention des semences ici, c’est difficile. Parcourir 32 kilomètres pour acheter nos semences ou intrants, c’est vraiment un véritable casse-tête pour nous. Si on pouvait avoir des magasins de proximité, cela allait nous arranger”, a-t-il dit.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...