Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens
Pub Elysian

Bamako : le Président IBK rejoint sa dernière demeure

Les Maliens ont rendu ce vendredi, un dernier hommage à leur ancien président, Ibrahim Boubacar Kéïta allias IBK, décédé le 16 janvier dernier dans la capitale malienne. Il a été enterré dans la cave familiale, à sa résidence sise à Sébénikoro, dans la Commune IV, dans la plus grande intimité. cette cérémonie funèbre s’est déroulée en présence de plusieurs personnalités dont l’ancien chef putschiste, le Pr Dioncounda Traoré.

Ce vendredi 21 janvier 2022, le peuple du Mali a conduit en sa dernière demeure son cinquième (5e) Président de la République, en l’occurrence Ibrahim Boubacar Kéïta, décédé le 16 janvier dernier, à l’âge de 76 ans, à son domicile, sis au quartier de Sébénikoro, dans la banlieue de la capitale malienne.

Après le Général Amadou Toumani Touré, le Professeur Alpha Oumar Konaré, le Général Moussa Traoré et Modibo Kéïta, le feu Ibrahim Boubacar Kéïta a eu le privilège de diriger le Mali de 2013 à 2020 avant d’être renversé par un coup d’Etat militaire en août 2020 après un grand soulèvement populaire.

En effet, tôt, ce matin du vendredi 21 janvier 2022, dans le désarroi et dans l’émotion des millions de ses militants, sympathisants et compatriotes, le corps d’IBK a été exposé, dans les enceintes du 34e Bataillon du Génie militaire de Bamako.

Affectueusement appelé par ses Compatriotes et amis IBK et par les artistes et griots de Bamako Kankelentigui, l’illustre disparu a reçu des vibrants hommages avant d’être reconduit à son somptueux domicile où il est enterré dans la stricte intimité et dans une cave familiale.

Selon une source bien informée qui s’est confiée à GUINEENEWS, telle fut une des dernières volontés du Président IBK qui aura sollicité d’être enterré dans les enceintes de sa vaste concession privée.

Homme d’Etat très attaché à son Mali natal, Ibrahim Boubacar Kéïta a été au service de sa Nation durant toute sa vie.

Ainsi, la cérémonie marquant ses obsèques a été grandioses en présence des hautes personnalités dont des proches collaborateurs  parmi lesquels des anciens Premiers ministres et ministres, des anciens présidents des Institutions de la République, des Hauts Fonctionnaires, des parents, amis, des membres du Corps diplomatique et consulaires accrédités à Bamako et des représentants des communautés africaines au vivant au Mali.

En substance, la cérémonie a été marquée par une série d’interventions  émouvantes prononcées successivement par la porte-parole des petits enfants d’IBK (Mademoiselle Aminata Jeanne Kéïta), le 3e fils d’IBK (Boubacar Kéïta dit Bouba, au nom de la famille).

Au nom de ses amis, proches collaborateurs, et des militants de son parti politique, le Rassemblement Pour le Mali-RPM, il y a eu d’autres interventions sur fond de témoignages et d’anecdotes  émouvantes.

En plus, le déroulé des obsèques a été marqué par un défilé militaire devant le cercueil de l’illustre disparu drapé  aux couleurs du  tricolore national du Mali.

Au nombre des quelques délégations annoncées à GUINEENEWS par une source proche du chef protocole, il y avait le ministre guinéens des Affaires Etrangères, Morissanda Kouyaté.

Par ailleurs, il faut souligner que, vu ses liens particuliers et de longue date avec l’ancien président guinéen Alpha Condé, une forte délégation de la section du Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG) s’est rendue, le jeudi 20 janvier 2022, pour présenter ses condoléances à la famille et à la Direction nationale du parti politique du défunt président IBK.

Côté des Officiels maliens, le Président de la transition, le Colonel Assimi Goïta, n’a pas assisté aux obsèques.

Selon une source proche du chef protocole, cette absence sujet à plusieurs interprétations tendancieuses est « due à une question d’emploi ».

C’est le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, qui a conduit la délégation du gouvernement de la transition. Ce qui ne s’est pas opéré sans grincements de dents au sein des partisans du Défunt IBK. Selon un responsable du RPM, Choguel Kokalla Maïga et l’Imam Mahmoud Dicko sont restés des « adversaires du président IBK ».

L’ex-Président Alpha Oumar Konaré également, pour des raisons de santé, n’était pas sur les lieux.

En revanche, l’ancien président de la transition de 2012-2013 (après le coup d’Etat militaire contre feu Président ATT), le Professeur Dioncounda Traoré était présent aux obsèques.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...