Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Axe Conakry-Kindia : deux présumés coupeurs de routes mis aux arrêts par la gendarmerie

Dans la nuit du samedi 3 au dimanche 4 juillet 2021, dans le district de Labota, sous-préfecture de Mambia, à Kindia, un camion-remorque a été victime d’une attaque à main armée de la part des individus dont deux ont été interpellés, à savoir : Thierno Moussa Diallo (présenté comme le cerveau du groupe) et Mamadou Bailo Keita, alias Toubab.

Ils ont été présentés à la presse ce lundi 9 août, à la Section de recherche de Conakry sise à Matam. Selon le chargé de la Communication adjoint du Haut commandement de la Gendarmerie nationale, dans cette nuit, le camion qui était en partance pour l’intérieur du pays avait été braqué et le nomme Thierno Moussa Diallo a demandé au chauffeur de couper le moteur et intimé à ses acolytes de ligoter le conducteur et ses deux apprentis en plus d’une femme qui était avec eux.

Les deux présumés bandits ont été présentés avec deux fusils de type PMAK, des munitions et des machettes. A en croire le lieutenant Aboubacar Saran Bangoura, ces deux armes qui ont été utilisées dans l’attaque au niveau de Labota sont les mêmes qui ont été utilisées la veille de la fête contre les bouviers, au KM 36.

« C’est autant dire qu’il y a un réseau de criminels qui est en train de circuler et qui fait mal à la population guinéenne », a alerté l’adjoint à l’officier de Communication du Haut commandement la Gendarmerie nationale.

Au terme de leur présentation, les deux présumés malfrats seront déférés au tribunal de première instance de Mafanco pour vol à main armée, détention illégale d’armes de guerre, association de malfaiteurs, blanchiment d’argent et séquestration.

Il est à rappeler que l’attaque de Labota a visé un camion qui transportait 840 sacs de riz, conduit par M. Souleymane Baldé.  Ledit camion a été retrouvé aux abords de la route à Tombolia, dans la commune de Matoto trois jours après l’attaque.

Aux dires du lieutenant Aboubacar Saran Bangoura, depuis 2015, le sieur Thierno Moussa Diallo est cité dans de nombreux cas de braquages à travers le pays. TSelon l’enquête de personnalité réalisée autour de lui par la Section de recherche de Conakry, il a des antécédents judiciaires qui font froid dans le dos.

À lire aussi

Puisqu’en 2015, Thierno Moussa Diallo a été interpellé dans la sous-préfecture de Foulamori, préfecture de Gaoual, pour vol à main armée, détention illégale d’armes de guerre et association de malfaiteurs, par la Gendarmerie territoriale de Gaoual. Il a été déféré à la Justice de paix de Gaoual puis au tribunal de première instance de Boké.

En 2016, le nom de Thierno Moussa a été cité dans l’attaque à main armée de Tchianghel Bori, préfecture de Lélouma où des chauffeurs venant de la Gambie et du Sénégal ont été victimes. Et d’ailleurs, un cas de mort s’en était suivi.

La même année, il a été interpellé par la Brigade de recherche de Boké pour tentative de vol de carburant et déféré au tribunal de première instance de Boké.

En 2018, il a été interpellé à Kounsitel, préfecture de Gaoual, par la Compagnie sécuritaire et conduit à la Brigade de recherche de Labé pour vol à main armée et association de malfaiteurs. Puis, déféré au tribunal de première instance de Labé. De là, il a été déféré à la prison civile de Mamou.

En février 2020, Thierno Moussa Diallo a été interpellé au barrage de Ariyanna Sirimbi, dans la sous-préfecture de Mambia, préfecture de Kindia, pour vol à main armée et association de malfaiteurs par la compagnie Gendarmerie territoriale de Kindia. Il a été déféré au tribunal de première instance de Kindia.

En décembre 2020, il a été interpellé par la Brigade de recherche de Kipé pour une affaire d’escroquerie portant sur 500 sacs de riz et 300 sacs de riz. Il a été déféré au tribunal de première instance de Dixinn où le dossier a été classé sans suite, dit-on.

« Mais chaque fois qu’il a été interpellé par nos unités de Gendarmerie, Thierno Moussa Diallo a toujours réussi à se tirer d’affaire », déplore le lieutenant Bangoura.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...