Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Audience criminelle de N’Zérékoré : le procès des violences de Macenta à nouveau rejeté

A peine repris ce lundi 10 janvier 2022 à N’Zérékoré, le procès des audiences criminelles portant sur  les violences intercommunautaires survenues en décembre 2020 à Macenta, a été rejeté pour demain mardi. Un renvoi qui fait suite à l’absence des avocats des prévenus à l’audience, a-t-on appris.

« C’est un renvoi acceptable. Les confrères de la défense sont à Conakry pour des raisons professionnelles liées à la vie du barreau de Guinée. Alors, étant entre Guéckédou et N’Zérékoré comme maintenant, nous avons estimé qu’on pouvait ramener l’affaire à demain matin 11 janvier 2022 pour la sérénité des débats et surtout l’équilibre des partis devant ce tribunal criminel » a expliqué Me. David Béavogui, avocat à la Cour d’Appel de Kankan et préciser : « l’audience d’aujourd’hui a consisté à la lecture de l’ordonnance de renvoi. »

À lire aussi

Pour sa part, le nouveau Procureur près le tribunal de première instance de Macenta, Diallo Mamadou Boye a, en revanche, déploré cet autre renvoi de la Cour.

 « Je me suis opposé puisque tout le monde était informé bien avant la date d’aujourd’hui. Nous, nous avons précipitamment quitter Conakry pour que l’audience d’aujourd’hui se tienne pour ne pas qu’on pense que nous avons abandonné les audiences pendant que les gens sont en prison. Ce qui m’intéresse, c’est le maintien de l’ordre public sur le territoire de Macenta. De renvoi en renvoi, on risque de nous retrouver dans une situation qui ne contribuera à nous aider à trouver la solution au problème qui est posé. Et donc, les avocats savaient que l’audience a été renvoyée pour aujourd’hui et qu’ils devaient être là. Mais, c’est à l’audience ici qu’on a été informé qu’ils sont partis à Conakry. C’est un problème… », s’est-il plaint de cette absence des avocats de la défense.

Il faut enfin signaler qu’ils étaient au début 42 détenus poursuivis pour des faits de ‘’violences, assassinat, coups et blessures, d’incendie volontaire etc…’’ Parmi eux, trois sont décédés par suite de maladie alors qu’ils étaient en détention à la Maison centrale de N’Zérékoré.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...