Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Au cœur du Tribunal pour Enfant de Nzérékoré : à la rencontre du Juge Kabinet Djènè Keita

Confronté au manque de salle d’audience pour faire aboutir les dossiers des enfants en conflit avec la loi, le juge Kabinet Djènè Keita a désormais une salle d’audience lui permettant de traiter désormais avec célérité, les dossiers des enfants.

Kabinet Djènè Keita est juge pour enfants au Tribunal de première instance de N’zérékoré depuis 2018. Il côtoie au quotidien les enfants en conflit avec la loi et les enfants en danger ou en situation difficile.

« Mon travail consiste à instruire tous les dossiers judiciaires relatifs aux mineurs et réduire le nombre d’enfants en détention préventive à la Maison Centrale de N’zérékoré », renseigne ce juge pour enfants.

Mais cela n’a pas toujours été facile pour le Tribunal pour enfant de Nzérékoré. Il n’existait aucune salle d’audience ni de salle d’écoute réservées aux enfants. « Nous devions attendre plusieurs semaines avant d’instruire un dossier. Cette situation portait fortement préjudice aux enfants », avouera Kabinet Djènè Keita.

Kabinet Djènè Keita, juge pour enfant au Tribunal de première instance de N’zérékoré
Sylvie Sona
Kabinet Djènè Keita, juge pour enfant au Tribunal de première instance de N’zérékoré

Le temps légal de détention pour les délits mineurs est de 3 mois et de 6 mois pour les cas de criminalité, mais les enfants en conflit avec la loi étaient obligés de rester parfois plus d’une année en prison faute d’instruction de leurs dossiers.

Le Tribunal pour enfants travaille en étroite collaboration avec les services de protection des enfants et des jeunes, à savoir l’Inspection Régional de l’Action Sociale, de l’Enfance, des Droits et Autonomisation des femmes de N’zérékoré. A travers le projet « Appui au renforcement de la chaîne pénale » un partenariat avec l’UNICEF, avec le soutien de l’Union Européenne et l’UKAID, une salle d’audience pour mineurs a été réhabilitée au Tribunal de première instance de N’zérékoré en juillet 2021.

Tribunal de première instance de N’zérékoré , réhabilité par l'UNICEF
Sylvie Sona
Tribunal de première instance de N’zérékoré , réhabilité par l’UNICEF

« Depuis cette réhabilitation, je rends en moyenne 17 jugements par mois, qui établissent les torts, les sanctions, les réparations et parfois les acquittements des mineurs », précise le juge pour enfants de N’zérékoré. Avant cette réhabilitation, seules deux audiences étaient organisées par mois.

Une salle d’écoute a également été réhabilitée à la Maison Centrale de N’zérékoré. Des kits COVID-19, composés de savons, seaux et serviettes ainsi que des nattes ont été distribués aux jeunes pensionnaires de cette prison.

« Ce partenariat avec l’UNICEF a apporté un changement positif dans notre système de travail et a redonné de l’espoir aux mineurs, dont les dossiers sont traités avec plus de célérité. C’est une grande avancée », a précisé Kabinet Djènè Keita.

Kabinet Djènè Keita, juge pour enfant au Tribunal de première instance de N’zérékoré
Sylvie Sona
Kabinet Djènè Keita, juge pour enfant au Tribunal de première instance de N’zérékoré

Les mineurs qui étaient condamnés avec sursis et ceux qui ont fait preuve de bonne conduite durant leur peine ont même été relaxés. C’est le cas de Germaine, qui devait purger une peine de 5 ans de prison, mais est sortie au bout de 4 ans et demi, grâce à l’intervention de l’Action Sociale et du Tribunal pour enfant.

Être juge pour enfant, c’est être à l’écoute permanente des enfants qui, malgré leurs fautes et leurs erreurs, devraient jouir d’un traitement spécial au vu de leur situation de vulnérabilit

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...