GUINEENEWS
Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Après le tollé suite à la résolution de l’Assemblée, Damaro reçoit les coordinations régionales

Le président de l’Assemblée nationale, Amadou Damaro Camara a reçu les coordinations régionales ce 26 janvier dans la salle des Actes du Palais du peuple. Cette rencontre se tient après l’adoption d’une résolution très controversée de l’Assemblée nationale sur les coordinations régionales.

Au cours de la rencontre, le président de l’Assemblée nationale a rappelé l’importance de ces organisations sociales avant de leur faire comprendre qu’une résolution n’est pas une loi : « Une résolution n’est pas une loi. Une résolution interpelle.  La résolution attire l’attention. Une résolution exprime une inquiétude. Une résolution invite à quelque chose. Et je crois que l’Assemblée nationale est bien dans son rôle en s’inquiétant des tournures de certaines relations dans le pays. « 

Amadou Damaro regrette le fait que l’autorité de l’État n’est plus respectée ou même que ces coordinations interfèrent dans des décisions de justice : « l’autorité de l’État, nous avons constaté qu’elle n’est plus du tout respectée. Le juge ne peut plus appliquer ses décisions de justice si ça ne plaît pas au Sotikèmo ou au Conseil des sages. Les députés de l’Assemblée nationale sont issus des familles. Nous avons tous des sages. Nous devons respecter les sages, personne n’est contre les sages. Mais aujourd’hui dans la pratique, il y a une différence entre les sages et les vieux. Une nette différence entre les sages et les vieux. Il y a des vieux qui sont moins sages… »

Si certains craignent que les coordinations régionales ne soient tout simplement supprimées en Guinée, le président de l’Assemblée nationale a expliqué ce dont il a besoin : « nous voulons vous demander très humblement, on a besoin d’encadrer vos activités. On a besoin que vous nous donniez des idées. Nous, notre idée c’est quoi ? On ne veut pas d’organisations basées sur la langue. On veut avoir quatre interlocuteurs. On doit avoir des interlocuteurs en Basse Côte pour régler les problèmes sociaux en Basse Guinée. Des interlocuteurs en Moyenne Guinée pour régler les problèmes de la Moyenne Guinée géographiquement. Nous voulons avoir une coordination en Haute Guinée pour régler socialement les problèmes de la Haute Guinée et comme la Forêt. On ne peut faire face à toutes les organisations… Il y a tellement de sous-groupes éparpillés partout, que personne ne peut s’en sortir ».

Elhadj Amadou Togba, président des sages de la Coordination de la Guinée forestière a demandé du temps pour mieux s’organiser : « nous voulons bien nous organiser et nous saurons nous organiser. C’est de nous laisser le temps, nous allons essayer de nous retrouver. Nous pensons que nous qui sommes-là, nous constituons une sommité réelle. Parce que, chaque fois qu’il y a des moments difficiles, nous intervenons, nous faisons des déclarations. Nous voudrons vous demander de nous laisser le temps pour nous retrouver, nous allons discuter et préparer un document que vous avez recommander. »

A cette rencontre, la Coordination Haali Pilar, présidée Elhadj Ousmane Baldé dit « Sans loi » n’y était pas représentée. Mais on notait la présence de certains sages se réclamant de la Coordination de la Moyenne Guinée.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More