Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Appel à manifester du Fndc : l’UFR de Sidya Touré bat le rappel des troupes

A l’appel du Front national pour la défense de la Constitution, l’Union des forces républicaines prendra part à la marche pacifique et citoyenne prévue pour le 28 juillet prochain. L’annonce vient d’être faite à l’assemblée générale hebdomadaire de la formation politique dirigée par Sidya Touré.

« Nous demandons à nos militants qui sont citoyens avant d’être militants de s’associer à cette manifestation citoyenne du 28 juillet. Parce que tout ce que le FNDC a demandé sur la connaissance de la liste des membres du CNRD, sur la déclaration des biens du CNRD, sur le chronogramme et sur le manque de dialogue, est légitime », a déclaré d’emblée le Secrétaire exécutif de l’Ufr, Saikou Yaya Barry.

Poursuivant, l’ancien de la huitième législature s’est offusquée face au débat de sourds que serait en train d’entretenir la junte au pouvoir en Guinée autour de ces différentes revendications.

« Le CNRD est sourd de nos revendications. Il refuse de nous écouter. Nous estimons aujourd’hui que le FNDC est en droit de demander une manifestation pour prouver à la communauté internationale, nationale et au CNRD que la Guinée n’est pas leur sujet, que les Guinéens ne sont pas des sujets. Les Guinéens sont des citoyens. Et pour cela, je demande à Kaloum, Matam, Matoto, Ratoma et Dixinn de se réveiller », a-t-il lancé.

Rappelant la ténacité qui a toujours caractérisé son parti face aux différentes dictatures qui se sont succédé, Saikou Yaya Barry a indiqué que le combat n’est pas encore terminé.

« Je demande à ce que tous les responsables du parti, au sortir d’ici, tiennent des réunions dans les quartiers, se préparent d’ici le juillet. Je veux voir les responsables et militants plus effervescents que ceux qui sont sur la toute Leprince. C’est le sang qui circule dans leurs veines. C’est le sang qui coule dans nos veines aussi. Pourquoi allons-nous avoir peur ? Mettons-nous en ordre de bataille. Et suivons le FNDC », a invité M. Barry.

« C’est le lieu d’interpeller le Syndicat et la Société civile. Ce qui est arrivé à votre collègue, ça ne s’arrête pas à lui. On est en train de museler toutes les voix dissonantes dans notre pays. Nous le savons. Mais si on ne se lève pas pour montrer que nous sommes des fils de ce pays et qu’un groupe ne peut pas s’accaparer de tout le pays et en faire ce qu’il veut, je vous assure, on nous prendra un à un comme des petits poussins », a-t-il averti en concluant.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...