Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Affaire fonctionnaires fictifs : une directrice nationale de la Fonction publique à la barre

Des hauts cadres de l’administration publique poursuivis pour ‘’faux en écriture publique, faux commis dans certains actes administratifs et complicité’’ ont comparu ce lundi 12 juillet devant le Tribunal de Première instance (TPI) de Kaloum.

A l’entame, le procureur de la République, Alpha Sény Camara a déploré le fait que l’Etat ait perdu plus de 300 milliards de francs guinéens. « Il y a eu des cas de substitution des matricules à la fonction publique, je peux le prouver. Il y a des hauts cadres de l’État, leurs enfants sont fonctionnaires alors qu’ils n’ont même pas encore fini les études. Tout le monde n’a pas le courage de reconnaître une forfaiture devant le public », a-t-il révélé.

Devant la juge Hadja Mariama Doumbouya, la directrice des concours au ministère de la Fonction Publique et Travail, Juliette Titi Kamano a rejeté en bloc les charges portées contre elle. « Je n’étais pas en fuite, j’ai bénéficié d’une autorisation d’absence de ma hiérarchie pour me rendre en Côte d’ivoire. En 2015, les jeunes diplômés détenteurs d’actes d’engagement à la fonction publique non pris en charge sont sortis dans la rue.  Le ministre de la Fonction publique d’alors, Sékou Kourouma a posé le problème en Conseil des ministres. Ces jeunes ont été pris en charge après vérification des actes par une commission interministérielle de 15 membres dont j’assurais la Présidence. Pendant un an, nous avons reçu plus de 11 mille dossiers. Après le dépouillement, le dernier rapport portait sur 4800 que nous avons affichés dans toutes les communes. Après une deuxième vérification, nous avons eu 1 221 dossiers de la part de l’Agent Judiciaire de l’État. On ne peut pas engager plus de 5000 fonctionnaires sans l’autorisation du président de la République. Les matricules ne sont pas des cacahuètes. Tout a été validé en Conseil des ministres. Nous avons travaillé dans les règles de l’art. J’ai signé 5 565 fiches, c’est l’un des plus grands dossiers que le ministère de la Fonction Publique ait connus. Cela fait cinq ans que je suis l’objet de diffamation et des propos injurieux. Je ne peux pas donner un matricule à quelqu’un.  Si je dois le faire, je viens directement voir monsieur le ministre », s’est-elle défendue avant la pause.

Au cours des débats dans la salle, les prévenus ont tous nié les faits portés à leur encontre. « Je ne suis pas un ministre pour engager quelqu’un à la fonction publique. Je n’ai aidé personne à intégrer la fonction publique », a fait remarquer le prévenu Mamady Cissé, gestionnaire et assistant du Directeur des Ressources Humaines (DRH) du ministère de l’Environnement.

Pour sa part, Boubacar Camara dit Galilée, comptable au ministère du Budget a déclaré n’être mêlé à rien.

L’audience est momentanément suspendue (15h).

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...