Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Affaire CNPSAE : des proches de Dr Fodé Cissé dénoncent un « complot »

Accusés à tort ou à raison, plusieurs anciens hauts dignitaires et responsables publics croupissent actuellement à la maison centrale en attendant l’organisation de leur procès. De l’ancien Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana à l’ancien président de l’Assemblée nationale, Amadou Damaro Camara en passant par l’ancien ministre de la Défense, Mohamed Diané, Souleymane Kéita du Fer et Dr Fodé Cissé de la Caisse nationale de prévoyance sociale et des agents de l’Etat (CNPSAE), ils attendent tous d’être situés sur leur sort.

Le 15 juillet dernier, la Crief est revenue sur plusieurs dossiers parmi lesquels Air Guinée où Cellou Dalein et cie sont mis en cause, les fonds alloués à la MAMRI, les 15 milliards GNF à l’assemblée nationale, etc.

Déjà, bien avant, il y avait eu d’autres procès comme ceux de l’ancien directeur préfectoral de la santé de Dubréka, Dr Fodé Cissé.

S’agissant du premier, en l’occurrence Dr Cissé de la CNPSAE, accusé de “présumés détournements de fonds publics”, il se dit victime des réformes engagées au sein de cette caisse, à en croire à des sources proches de ce dernier.  Il est reproché à Dr Fodé Cissé et à l’informaticien de la boîte des ‘’faits présumés de détournements de deniers publics et complicité de vol d’un milliard 305 millions 531 mille 594 francs guinéens’’. Un montant qui serait destiné à 1178 pensionnés de l’Etat. Mais le principal concerné, démis de ses fonctions, a été entendu déjà le 15 juin par la chambre du jugement de la Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF). Il a soutenu qu’il n’a « pas détourné », mais « l’argent se trouve au trésor ». Au tribunal, il a fait savoir aux juges qu’il est victime d’un “complot monté contre lui” à cause, dit-il, des “réformes qu’il a engagées dans la boîte”.

Parce que, s’est-il défendu devant la chambre de jugement de la Crief, “ils veulent m’abattre à cause des réformes que j’ai mises en place. La CNPSAE n’avait pas un contrôleur financier, c’est moi qui ai fait venir un contrôleur financier. J’ai mis en place un système de justification de pension. Cette histoire de pension est rocambolesque. Il y a plein de fictifs, ce ne sont pas les vrais pensionnés. Ce que nous avons découvert lors de nos réformes est monstrueux. L’argent n’est pas détourné, nous l’avons délocalisé dans la zone de N’Zérékoré, pour des fins de vérification. il y a plein de fictifs”.

Dans l’entourage de Dr Fodé Cissé, on soutient mordicus que les accusations montées contre lui viendraient de son DGA, Mohamed Lamine Traoré. Il soupçonne ce dernier d’avoir même fait plier InnovaTech qui, constatant qu’il ne pourra pas faire son travail d’assainissement du fichier des retraités, a pris son rapport et son fichier, et s’est résolu à rentrer.

Dans la même lancée, le directeur Cissé a indiqué avoir été privé de son PV de passation de services et son véhicule de service, sous prétexte que le directeur sortant est parti avec le véhicule sur instructions du DGA. Selon lui, le topo était bien monté ajoutant que des phases de paiement se faisaient au rez-de-chaussée. Des paiements réguliers faits avec la signature de gens bien rodés dans le circuit, et couverts, selon lui, aux ministères de la Fonction publique et du Budget, qui échappent à son contrôle.

Le crime de Dr Cissé, selon des sources, c’est d’avoir voulu engager des audits pour moraliser la gestion des fonds de la Caisse nationale de prévoyance sociale des agents de la fonction publique. Pour réussir dans sa noble mission, il s’est résolu à faire fonctionner sa feuille de route, en mutant les “intouchables et la mise en place de système de traçabilité des fonds publics destinés aux pensionnés”.

Mais c’est là que la « pagaille » aurait commencé, avec des intimidations et les menaces régulières contre Dr Cissé surtout avec la mise en place des cartes biométriques en lieu et place des « prestataires ».

Des accusations balayées d’un revers de main par le DGA, Mohamed Lamine Traoré

Interrogé par Guineenews, il a donné sa version des faits : “l’Etat est plus fort qu’un individu quel que soit son poste. Approfondissez vos informations. Je suis à la Caisse, à part les questions techniques, je ne me reproche de rien. Peut-être, il (Dr Fodé Cissé) va dire que celui qui fait ceci ou fait cela. De toutes les façons, c’est moi qui étais contre la façon dont il gérait les choses. Je suis un gestionnaire et lui est un médecin. Quand on va dans une boîte et on commence à poser des actes qui ne sont pas bons. Comment peut-on faire venir travailler des entreprises ou des privés dans une institution importante sans contrats, sans documents de base ? Ce que l’Etat le reproche est très minime par rapport à sa façon de se comporter. Je n’ai jamais rencontré un cadre dans ma vie comme lui. Je vous le jure. Cela ne m’est jamais arrivé. Je n’ai jamais vu quelqu’un qui est prêt à mentir ou charger les gens d’une façon là. Regardez comment il a voulu finir avec l’informaticien. Ce dernier a tout fait pour ne pas qu’il fasse, il a insisté, la situation qui lui est arrivé est arrivée.

Dr Cissé dit avoir envoyé l’argent à N’Zérékoré pour lutter contre les fictifs…

Mohamed Lamine Traoré est catégorique :“il a envoyé l’argent à sa maman à N’Zérékoré. Ses frères sont là-bas. Pourquoi il n’a pas laissé l’argent à Conakry où nous avons notre compte ici. S’agissant des majorations [dont Dr Cissé dit mettre un terme], ce sont des mensonges. Il est très fort dans ça. C’est lui-même qui a aggravé son problème sinon vu ses relations avec d’autres membres du Cnrd, il pouvait résoudre certains trucs à sa façon. Mais c’est un menteur de classe.  Je ne suis impliqué de rien. Si j’étais impliqué avec toutes les investigations, on allait parler de moi. Lui-même s’il avait quelque chose contre moi, il allait parler à la Crief. On allait m’appeler de venir. Mais il avait peur même que je comparaisse, qu’on m’appelle parce qu’il sait que je connais la boîte. Je maîtrise tout ce qu’il a fait. Et si moi je rentrais dans les détails, ce n’était pas bon pour lui. Je n’ai aucun problème, je n’ai rien fait (…)”

Comme on le voit à l’image des avocats des autres détenus à la maison centrale, Dr Cissé de la CNPSAE et ses proches soutiennent qu’il est juste “une victime” de ses réformes.  En attendant, la fin du procès de Dr Cissé et Cie, plusieurs accusés se considèrent innocents.

Exemple de fiches de majoration à la CNPSAE

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...