Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Affaire agression sur la partie génitale d’un homme à Mamou:  le TPI de Labé s’en mêle

Mardi 1er mars dernier, au cours d’une altercation, une femme à l’aide d’un couteau, a gravement blessé les testicules de son mari. Les faits se sont produits au quartier Petel dans la commune urbaine.

Depuis, elle a pris la poudre d’escampette avec ses enfants. Et finalement après trois semaines de cavale, Mariama puisque c’est d’elle qu’il s’agit, a été fait interpellée à Labé par la police lorsqu’elle s’apprêtait à rejoindre le Sénégal, a-t-on appris de son mari de victime.

Interrogé, Souleymane, son mari  témoignage sur les circonstances de cette arrestation : « pendant mon hospitalisation, j’ai porté plainte à la police contre Mariama pour coups et blessures volontaires et enlèvement d’enfants. Mais j’ai constaté que la police ne bougeait pas pour retrouver les enfants. Comme ça allait un peu mieux pour moi, j’ai décidé d’aller voir chez ses parents à Labé. Arrivé devant le portail de la cour de ses parents, mes enfants ont couru pour m’accueillir. Immédiatement, la famille de Mariama a voulu me violenter. La police est intervenue pour éviter le pire. Nous nous sommes transportés jusqu’au tribunal où ils m’ont dit de signer ma déposition et payer 100000gnf. J’ai répondu que je n’ai rien. J’ai suggéré au tribunal de transférer l’affaire à Mamou parce que c’est là-bas où l’infraction a été commise. J’avais déjà faits ma déposition à l’OPROGEM de Mamou. Le tribunal de Labé n’a pas accepté ma demande. C’est ainsi, les enfants et moi avons été confiés à une ONG dans l’attente du procès. Mariama quant à elle a été rendue à sa famille » explique-t-il.

Le procès est programmé au tribunal de première instance de Labé (TPI) pour le mardi 22 mars prochain. Mais, son mari n’a pas souhaité attendre ce procès, il a disparu avec les enfants.

Depuis sa cachette, il a contacté la rédaction de Guinéenews :  » j’ai compris que cette affaire devient floue à mes yeux. Sinon, pourquoi refuser de rendre l’affaire au tribunal de Mamou. Les parents de ma femme cherchaient à tout prix pour récupérer les enfants. J’ai décidé de ne pas attendre ce procès. Dieu m’a aidé. Je me suis échappé avec les enfants. Actuellement, on est ensemble en lieu sûr. Les enfants jouent auprès de moi« .

Jusqu’où ira cette affaire qui a défrayé la chronique dans la Ville-Carrefour ?

Nous y reviendrons.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :