Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Affaire AGB2A-pourquoi le juge a rétracté son ordonnance ? Les réponses de la junior sino-guinéenne

Lundi 04 janvier 2021, le doyen des juges d’instruction du tribunal de première instance de Kaloum, Sékouba Condé, a ordonné la saisie conservatoire de la cargaison du navire Prosper Sunwaito sis au quai du port de Boffa et de toutes autres quantités de bauxites provenant de l’exploitation des mines des sociétés Axis et GBD, exploitées par AGB2A (Alliance Guinéenne de Bauxite d’Alumine et d’Aluminium). Jeudi 7 janvier, le même juge a pris une ordonnance de main levée de saisie conservatoire. Pourquoi le juge a-t-il alors rétracté son ordonnance ?

Devant un pool de journaliste qu’il a reçu ce vendredi, Claude Lorcy, l’administrateur général d’AGB2A et l’un des mis en cause – pour « escroquerie », « abus de confiance », « faux en écriture privée » et « abus de biens sociaux » – a laissé comprendre que le juge s’est plutôt rendu compte qu’on ne lui avait pas donné les bonnes informations. « Le 5 janvier, on a reçu une convocation pour (se présenter au cabinet du juge d’instruction) le 18 Janvier. Le 06 janvier, on a reçu une ordonnance de saisie de nos stocks sans qu’on ne soit informé du pourquoi cette saisie. C’est aussitôt que nous avons réagi le 7 janvier, et cela été corrigé (il y a eu l’ordonnance de mainlevée de saisie conservatoire) … Ce n’est pas parce qu’on fait l’objet d’une plainte qu’on est coupable », a expliqué Claude Lorcy. « Le juge a dit qu’il a été mal informé », a-t-il poursuivi.

Claude Lorcy a surtout souligné que contrairement « aux conjectures » sur cette décision, il n’y a eu aucune pression politique pour amener le juge à rétracter son ordonnance de saisie conservatoire. « Ce sont nos avocats qui lui ont bien expliqué les choses », a-t-il dit. Contredisant ainsi l’autre partie qui croit que des membres du gouvernement ont mis pression sur le juge Sékouba Condé en vue de sauvegarder « les intérêts de l’Etat ».

  « Des actionnaires minoritaires »  

Dans sa requête aux fins de rétractation de l’ordonnance de saisie conservatoire, Me Seriba Mory Kanté, l’avocat d’AGB2A a indiqué que sa cliente n’est nullement concernée par la procédure pendante devant le tribunal de première instance de Kaloum. Et, dans sa réplique, Claude Lorcy indique que ceux qui ont porté plainte contre eux sont des actionnaires minoritaires relevant de la société de droit guinéen SD Mining SA, elle-même actionnaire « minoritaire » d’AGB2A à hauteur de 42 % (Selon Lorcy Claude) – contre 58 % pour les actionnaires guinéens. Parmi ceux-ci, la chinoise Wang Qing, qui réclame pour sa société, BAO METALS, l’exclusivité sur la bauxite d’AGB2A. « Nous sommes libres de vendre notre bauxite aux mieux offrants […]. Cette société a effectivement acheté notre première cargaison et cette vente s’est très mal passée. Notre bauxite est restée 4 mois en Chine sans trouver d’acquéreurs et nous avons dû supporter des conséquences financières lourdes de l’incapacité de ce trader.»

En effet, ce sont cinq actionnaires de SD Mining qui se sont venus de la Chine et qui ont porté plainte contre madame Jun Zhang et messieurs Dengeai Chen et Kelin Zhang (trois des huit actionnaires chinois de SD Mining, ils résident en Guinée). A ces trois actionnaires, ils ont ajouté Lorcy Claude, l’administrateur d’AGB2A. Ils accusent leurs co-actionnaires d’avoir, en complicité avec Lorcy Claude, passé des contrats commerciaux sans l’aval du Conseil d’administration de SD Mining.

« Transparence »

Lorcy Claude, lui, assure que tout se passe dans la transparence à AGB2A. Après la première exportation de 200 000 tonnes de bauxite en mai, il y aurait eu une deuxième exportation effectivement vendue à ASHAPURA et une troisième qui a failli être sabotée par la première ordonnance du juge d’instruction. « Toutes ces ventes entrent dans les revenus normaux de la société qui couvre ses charges normalement en tenant compte des engagements qui ont été pris. Les actionnaires majoritaires de SD Mining, qui résident en Guinée, sont parfaitement informés de la gestion au quotidien de la société à laquelle ils participent…», a dit Claude Lorcy. Et de poursuivre : « ces actionnaires minoritaires de SD Mining sont venus en Guinée (les cinq actionnaires chinois), ils ne sont pas venus nous voir, ils ont vu d’autres personnes malveillantes, et sont allés porter plainte. Est-ce que c’est comme cela qu’on doit agir quand on veut faire progresser les choses ensemble ? En cassant les marchés de la société dont vous êtes actionnaires, même très minoritaires ? », s’interroge Lorcy Claude, qui croit que ces gens lui en veulent  et à travers lui à AGB2A, pour le farouche nationalisme de la société. «La vente de la bauxite, la gestion des relations commerciales avec les raffineries sont les clés de l’indépendance et de la réussite de notre société sur un marché très concurrentiel. Il dit prioriser les intérêts de la Guinée dans ce projet minier, alors que ceux qu’il appelle les actionnaires minoritaires voudraient que la commercialisation passe par eux. Ils savent que c’est AGB2A qui établit les contacts pour traiter directement avec des sociétés d’alumine en Chine… Ils ne le supportent pas, eux les actionnaires minoritaires. Leur souhait c’était que la commercialisation passe par eux avec la perte de revenus et d’indépendance que cela créerait pour AGB2A », justifie-t-il la plainte contre lui…

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...