Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Accès à l’énergie propre en Afrique: le groupe Sahara et la NNPC investissement 300 millions Usd

La Nigérian National Petroleum Company Limited (NNPC) et le Groupe Sahara, conglomérat leader dans le domaine de l’énergie et des infrastructures, ont pris livraison auprès des chantiers navals Hyundai MIPO à Ulsan, en Corée du Sud de deux méthaniers de 23.000 CBM, avec des plans pour construire 10 navires supplémentaires en 10 ans, conformément à un investissement de plus de 300 millions de dollars destiné à améliorer l’accès aux carburants propres en Afrique.

La flotte était précédemment composée le MT Sahara Gas et le MT Africa Gas et tous les navires ont été construits par Hundai, l’un des principaux constructeurs mondiaux de méthaniers de taille moyenne.

 Les récentes additions portent l’investissement de la NNPC et du Groupe Sahara à plus de 300 millions de dollars, approchant l’engagement d’un milliard de dollars de la JV pour l’infrastructure gazière d’ici 2026.

 WAGL Energy Limited, la Société en joint-venture entre NNPC et Oceanbed (une société du Groupe Sahara) a acquis les nouveaux navires en accord avec le plan d’investissement d’un milliard de dollars de la NNPC pour favoriser l’accès à l’énergie propre et son programme prioritaire de transition vers le gaz et l’énergie sur une période de cinq ans.

 Le Directeur Général de la NNPC, Melo Kyari, a déclaré à la grande joie des invités qu’une commande de trois nouveaux navires supplémentaires était en cours de finalisation, ajoutant « nous avons pour objectif de livrer 10 navires au cours des 10 prochaines années. La NNPC et nos partenaires se distinguent par leur intégrité dans notre quête de transition énergétique et continueront à explorer d’autres voies pour respecter et dépasser notre engagement envers l’environnement de manière responsable », a-t-il déclaré.

 Le MT BARUMK et Le MT SAPET sont les apports de WAGL et du Groupe Sahara dans les JV pour promouvoir la transition vers des carburants plus propres ainsi que d’autres solutions de décarbonisation et d’énergie renouvelable.

 WAGL renforce sa flotte de gaz et son infrastructure de terminaux, tandis que le Groupe Sahara continue à faire des progrès remarquables dans la construction de plus de 120.000 tonnes métriques d’installations de stockage dans 11 pays africains, notamment le Nigeria, le Sénégal, le Ghana, la Côte d’Ivoire, la Tanzanie et la Zambie, entre autres.

M. Kyari a déclaré que ces navires étaient essentiels pour soutenir l’engagement du gouvernement fédéral à la domestication du gaz au Nigeria par le truchement de plusieurs initiatives et à accroître l’offre sans interruption en Afrique de l’Ouest, conformément au mandat du président Muhammad Buhari (qui est l’actuel ministre du pétrole).

M. Kyari a déclaré que les initiatives – le cadre de pénétration du GPL et le plan d’expansion du GPL – visent à encourager l’utilisation du gaz dans les foyers, la production d’électricité, le gaz automobile et les applications industrielles afin d’atteindre une consommation de 5 millions de tonnes métriques de GPL d’ici 2025.

 « C’est une autre réalisation historique pour la NNPC et le Groupe Sahara, et nous restons fermement engagés à livrer d’autres projets gaziers formidables pour le bénéfice du Nigeria et de toute la sous-région africaine », a-t-il dit.

 S’exprimant également lors de la mise en service, Temitope Shonubi, Directeur Exécutif du Groupe Sahara, a déclaré que les nouveaux navires répondront à la faible pénétration découlant du nombre limité de navires d’approvisionnement de taille moyenne et renforceront le rôle de premier plan de WAGL dans l’approvisionnement en gaz, le stockage et la distribution en Afrique de l’Ouest.

 « La construction du MT BARUMK et du MT SAPET GAS est une solution stratégique permettant de renforcer la disponibilité du gaz pour des centaines de millions d’Africains, améliorant ainsi la santé et la sécurité, la transition vers des carburants plus propres, et stimulant la croissance économique en Afrique », a-t-il déclaré.

 Son Excellence, Ali Magashi, Ambassadeur du Nigeria en Corée du Sud, qui représentait le gouvernement fédéral, a déclaré que le Président Muhammad Buhari méritait des félicitations pour le Petroleum Industry Acti (PIA) qui a permis à la NNPC d’explorer plus de projets de commercialisation et de transformation avec des partenaires comme le Groupe Sahara.

 Mr. Shonubi a noté que le « BARUMK » provient de la combinaison du nom et des initiales de feu le GMD de la NNPC, Dr. Maikanti K. Baru, en souvenir de son immense soutien au développement du gaz au Nigeria. Et que le « SAPET » est nommé d’après la société de GPL Sahara – Petroci (la compagnie pétrolière nationale ivoirienne) JV (SAPET Energy SA.), qui réalise actuellement la première phase un d’une installation de stockage de GPL de 12.000MT à Abidjan, avec des plans d’expansion visant à atteindre 30.000MT dans la phase deux. Cette JV est née de la relation commerciale de WAGL avec PETROCI, qui remonte à 2014.

En Côte d’Ivoire, le Groupe Sahara a investi plus de 405 millions de dollars depuis 2014 pour faciliter l’approvisionnement en GPL afin de garantir à plus de 26 millions d’Ivoiriens un approvisionnement fiable et sécurisé du produit.

Monsieur Shonubi a déclaré que WAGL a exploité avec succès les deux transporteurs de GPL de taille moyenne, le MT Africa Gas et le MT Sahara Gas dans la région, conformément aux normes mondiales, livrant plus de 6 millions de CBM de GPL à travers l’Afrique de l’Ouest. « WAGL est prêt à promouvoir la transition énergétique dans la sous-région en soutenant les plateformes existantes et en poursuivant les investissements dans les infrastructures gazières, alors que nous menons la marche de l’Afrique vers la transition énergétique », a-t-il ajouté.

 Le GPL est le produit pétrolier qui a enregistré la croissance la plus rapide en Afrique subsaharienne au cours de la dernière décennie. Les prévisions indiquent que le GPL connaîtra un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 7 % au cours des 15 prochaines années.

L’adoption accrue du GPL contribuera à réduire les émissions nettes de gaz à effet de serre (GES) grâce à une combustion et une cuisson plus efficaces que celles de la biomasse, ce qui entraînera une diminution des émissions de CO2 et de carbone noir par unité de nourriture chauffée. Elle réduira également la pression sur les réserves forestières, augmentant ainsi la durabilité environnementale.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :