Zimbabwe : Une retraite sereine et dorée pour Robert et Grace Mugabe

1

Les militaires zimbabwéens ne savent pas faire faire les choses à moitié. Après avoir déposé en bonne et due forme le camarade Bob, les voilà qui le rétablissent dans ses pleins droits à la retraite, une retraite dorée avec jet et voitures privés, un aréopage de serviteurs à la dévotion de la famille, un traitement salarial intact, croit-on savoir et quoi d’autre ?

Pour se faire pardonner d’avoir eu le toupet de déposer le camarade Bob, ils ont presque tout compensé. Dans de telles circonstances, ont-ils réussi à faire passer la pullule du putsch ?

Dans une certaine mesure, on pourrait le leur concéder largement, puisqu’il n’y a pas eu bain de sang, le pouvoir n’a changé que de main. Mais est-ce cela le rétablissement de la justice sociale au Zimbabwe ? La question se pose, quand on sait les exactions faites dans le passé sur des innocents, dont certaines expropriations de terrains.

La dernière agression de Grace Mugabe à Pretoria sur cette mannequin, un scandale qui avait failli créer un incident diplomatique entre l’Afrique du sud et le Zimbabwe et bien d’autres choses pas assez mises sur la place publique, sont autant de griefs resteront impunis ?

Si on ne parle pas de crimes et de violations des droits de l’homme et autres, c’est que c’est la même équipe qui continue. Faire un procès dans ce sens à Mugabe, c’est faire le procès des putschistes et actuels dirigeants, les bras d’exécution.

Doit-on s’attendre à un tollé de toute part les jours à venir ? Les millions de personnes qui ont manifesté leur joie à l’annonce de la mise à la touche de Mugabe et de Grace éprouveront une certaine amertume, d’autant que la révolution de la ZANU-PF a mangé assez de compagnons. Comment trouver le moyen de réconcilier tous les Zimbabwéens pour tourner ensemble une page à la fois glorieuse mais assombrie par les abus et dérives insufflés par les nombreuses adversités extérieures qu’a connus le Zimbabwe et qui l’ont poussé au bord du précipice.

Ainsi, la page Mugabe se referme d’une façon bien à elle.

  • CONDÉ ABOU

    Il y a eu un coup d’État militaire et qui a été légitimé par un Tribunal d’Harare. Jusqu’à présent même l’Opposition ne l’a pas condamné, à ma connaissance.
    L’Union Africaine ou la SADEC, ont-elles levé le petit pouce pour remettre en cause le coup d’Etat ?

    Les postes clés du nouveau Gouvernement sont tenus par les Officiers Généraux de l’Armée et de la Police Nationale. Qui s’en plaint ? Personne.

    L’agenda politique dévoilé par le nouveau Président Zimbabwéen est centré sur la réconciliation nationale, le paiement de tous les droits dûs aux fermiers Blancs qui ont été expropriés de leurs riches exploitation agricoles ou pillés par les partisans de la ZANU-PF au pouvoir pendant 37 ans.

    L’Économie a été ruinée par la politique d’indigénisation sans aucune préparation du Président Mugabe et son Parti. Plus de 2 millions de Zimbabwéens ont trouvé refuge à l’extérieur du pays dont au moins 1 million en Afrique du Sud.

    Qui peut regretter le renversement intervenu suite à cette révolution de palais dirigée par l’Armée. Une Armée qui n’a jamais quitté les commandes strategiques du pays tout ce temps des 37 ans de la dictature de Robert Mugabe.

    Au nom d’un panafricanisme ou d’un nationalisme arriéré, tout a été détruit dans un pays jadis, envié par tous ses voisins y compris l’Afrique du Sud. Que voulez-vous pour ce pays? Si la retraite qui lui a été accordée est le prix à payer pour préserver la paix où est le problème ? Tout le monde est tranquille et le Zimbabwe renaît toute seule de son coma économique et politique sans aucune intervention étrangère.

    En Côte D’Ivoire, combien de militaires on choisi le départ volontaire à la retraite en 2017 ? Pas moins de 991 Officiers et soldats de l’Armée Nationale. Combien chacun a-t-il reçu ? Pas moins de 15 millions de FCFA (environ 27.450 Dollars US).

    Sans compter qu’en début et milieu d’année, quasiment après les différentes mutineries, chacun des miliatires a reçu l’équivalent de 18.000 Euros (soit 21.621 US Dollars US) ?
    Mettez bout à bout la cagnotte que ces partants à la retraite volontaire ont reçu au cours de la seule année 2017 ? Ce n’est pas moins de 48.000 Dollars US !

    Qui s’en plait ? Si c’est le prix à payer pour gagner la paix et éviter au pays le chaos et l’instabilité politique, que voulez-vous ?

    Le Président Laurent Gbagbo n’avait t-il pas refusé carrément la cagnotte et le parachute doré que les Négociateurs de l’Union Africaine et de la CEDEAO lui avait proposée pour sa sortie honorable après les élections de 2010, pilotées par les Nations Unies ? La suite, on la connait.

    Partout où il ya eu des militaires et des politiciens qui dialoguent et qui se comprennent, le pays souffre beaucoup moins. C’est un raisonnement peut être méchant, mais c’est comme cela. Robert Mugabe avait-il le choix entre accepter le deal et refuser de partir ? Allez savoir.