Violences postélectorales : L’OGDH appelle au respect des voix des urnes

0

Dans un communiqué dont une copie est parvenue à Guineenews©, l’Organisation Guinéenne de Défense des Droits de l’Homme et de Citoyen (OGDH) a condamné les violences post-électorales qui ont déjà fait sept morts à Conakry et à l’intérieur du pays. L’organisation de défense des droits de l’Homme en appelle aussi « au respect des voix des urnes des citoyens.»

L’OGDH rappelle que ces violences, qui ont commencé depuis lundi 05 février, au lendemain du scrutin, résultent de la mauvaise gestion du processus de vote des élections communales. « En effet, si l’on peut se féliciter du déroulement global du vite sur l’ensemble du territoire national marqué par un fort taux d’abstention, les dépouillements des bulletins de vote et la centralisation des résultats par les Commissions administratives ont donné lieu à des contestations et des protestations entre parties prenantes qui ont débouché sur les violences…», explique l’OGDH.

Condamnant ces violences, l’ONG demande au président de la République de garantir le respect de la Constitution, en ce qui concerne le droit à la vie, à la sécurité des personnes et de leurs biens et à la liberté de manifestation.

A la CENI, elle lui a demandé de publier dans les meilleurs délais le résultat des élections communales dans le respect de « l’expression des citoyens dans les urnes. » ( Ndlr : une partie de ces résultats vient d’être donné par la CENI ).

Aux partis politiques, il leur est demandé de privilégier les voies de recours légales prévues par les lois et règlements en vigueur.

Quant aux autorités judiciaires, elles sont appelées « à prendre toutes les dispositions utiles pour que la lumière soit faite sur toutes ces violences, d’engager des poursuites judiciaires contre tous les commanditaires et auteurs de violations des droits de l’Homme et de veiller à ce qu’ils soient jugés conformément aux lois de la république. »

Pour l’ONG de défense des droits de l’Homme, les autorités administratives doivent respecter le principe de neutralité, alors que les forces de l’ordre doivent faire preuve de neutralité.

La société civile, elle, est appelée à poursuivre son rôle de veille pour le respect des principes démocratiques.

Concernant les institutions internationales, elles sont exhortées à continuer d’appuyer la Guinée dans le processus d’instauration d’une véritable la démocratie…