Violences postélectorales : Damantang dénonce l’omerta au sein de l’UFDG

10 février 2018 15:15:48
0

«Je regrette que jusque maintenant, l’UFDG n’ait jamais appelé au calme ni condamné les violences.»

L’Assemblée générale traditionnelle du RPG Arc-en-ciel s’est déroulée ce samedi 10 février sous la présidence du ministre de la Culture, des Sports et du Patrimoine Historique, Sanoussy Bantama Sow, a-t-on constaté au siège national du parti à Gbessia.

Prenant la parole, le ministre porte-parole du Gouvernement, Albert Damantang Camara a vivement déploré le silence du leader de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), Cellou Dalein Diallo. Le ministre Damantang l’accuse de n’avoir pas appelé au calme encore moins condamné les violences postélectorales qui ont déjà fait des morts.

Lisez sa réaction !

«En tant que militant du RPG, je regrette que jusque maintenant, l’UFDG n’ait jamais appelé au calme ni condamné les violences. Je trouve cela totalement irresponsable. Il y a quatre nourrissons qui sont morts, d’autres sont morts par ailleurs, des personnes ont vu leurs maisons brûlées. Nous ne cherchons pas à savoir qui a brûlé la maison. Nous savons que ce sont des violences postélectorales, ce n’est ni le RPG, ni l’UFDG moins encore l’UFR qui a construit ces maisons. Ce sont des gens qui ont passé tout leur temps pour construire ces maisons. Je pense que la moindre chose pour un leader politique qui aspire à diriger la Guinée, c’est de condamner ce qui s’est passé (…). Depuis 2010, nous sommes à 60 à 70 manifestations politiques, je ne me souviens pas avoir entendu le leader de l’UFDG condamner les violences et demander à ce que le calme revienne.  Dire à ses militants, s’il vous plait attendez la fin du processus électoral, je condamne les violences qui se sont passées… Est-ce que cela est difficile à faire? Je demande au RPG de rester dans cette posture, c’est la Guinée qui aura perdu si les violences continuent à s’installer…»

Lire vidéo: