Violences post-électorales en Guinée : Un jeune étudiant tué à Conakry

0

Un adolescent a trouvé la mort au quartier Carrière-cité, secteur 4, dans la commune de Matam dans la nuit de mardi à mercredi. Mamadou Diackwane Diallo aurait été touchée par  balle, appris Guinéenews© auprès de sa famille.

Cet étudiant en deuxième année du Master de méthodes informatiques appliquées à la gestion des entreprises (MIAGE) à l’Université Gamal Abdel Nasser était âgé de 22 ans et vivait dans le quartier Carrière-cité, secteur 4.  Le jeune étudiant aurait été fauché par une balle tirée par des agents des forces de maintien d’ordre qui étaient déployés dans le secteur, rapporte un des amis du défunt.

« Le jeune assis devant son télé-centre tentait de rallier son domicile quand une balle perdue a atteint Mamadou Diackwane Diallo », a affirmé Mamadou Aliou Diallo, un de ses amis.

« C’est aux environs de 22 heures que les forces de l’ordre ont débarqué dans le quartier. Ils étaient habillés en tee-shirt où c’est mentionné USSEL (Unité spéciale de sécurisation des élections) et dans des pickup de la gendarmerie et de la CMIS (compagnie mixte d’intervention spéciale). Lorsqu’ils ont débarqué, on a fermé le kiosque et chercher à rentrer à la maison. C’est ainsi qu’ils ont tiré une balle, une première fois, ensuite, des rafales dont l’une l’a touché. Par la suite, un ami m’a informé qu’il est touché. C’est ainsi que j’ai vu qu’on embarquait son corps dans un véhicule. Je pensais qu’il a fait une crise avant de comprendre qu’il a reçu une balle », a expliqué Mamadou Aliou Diallo, l’ami de la victime.

Encore sous le choc, larmes  aux yeux, la famille de la victime peine à trouver les mots. Elle réclame justice. « C’est au moment que je faisais rentrer ma moto qu’ils ont tiré sur mon jeune frère. Mon père a indiqué que mon frère sera enterré ce jeudi, mais d’ici là, on va amener son corps à la morgue. Ils vont extraire la balle pour faire l’autopsie afin de trouver son assassin et de le condamner à défaut…», a de son côté déclaré Idrissa Diallo, le frère aîné du défunt.

Cette fois-ci encore, les agents de maintien d’ordre sont mis à l’index dans ce énième meurtre. Dans la journée de ce mercredi, des tirs retentissaient entre Hamdallaye et Bambéto alors que les résultats des élections communales continuaient à tomber à compte-gouttes.

Toute nos tentatives d’avoir les responsables de cette unité incriminée sont restées vaines jusqu’au moment où nous publions cette dépêche.

Il faut par ailleurs souligner que ce meurtre est le septième cas enregistré depuis le début de ces violences post-électorales en Guinée. Bien avant, il y a eu le lundi dernier la mort à Kindia d’un jeune homme de la vingtaine. Puis hier mardi, 5 nourrissons périssaient dans des incendies qui font suite aux affrontements ayant éclaté entre militants de l’opposition et du parti au pouvoir à Kalinko, une localité de Dinguiraye.