Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Violations des droits humains en Guinée: une nouvelle « condamnation » à l’international

L’exercice des droits civiques de plus en plus difficile et périlleux en Guinée sous le CNRD continue de susciter des réactions dans le monde. La dernière en date est la déclaration de Front Line Defenders (FLD), une organisation internationale de défense des droits humains fondée à Dublin en 2001, dans le but spécifique de protéger les défenseurs des droits humains en danger (DDH).

Dans une déclaration intitulée « Guinée : assassinat de manifestants pacifiques et détention de deux défenseurs des droits humains »,  Front Line Defenders dit  « condamner le meurtre d’au moins cinq manifestants pacifiques lors des manifestations pacifiques du 20 octobre 2022 et la détention de deux défenseurs des droits humains en Guinée. » Rappelant que « la manifestation était organisée par des organisations de la société civile pour dénoncer la décision des autorités militaires de transition et la détention de deux dirigeants du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) depuis le 30 juillet 2022. »

Dans le même sillage, « Front Line Defenders appelle les autorités guinéennes à mener une enquête immédiate, approfondie et impartiale sur le meurtre des manifestants pacifiques, en vue de publier les résultats et de traduire les responsables en justice conformément aux normes internationales. »

Ce n’est pas tout. « Elle demande également la libération des défenseurs des droits humains Oumar Sylla et Ibrahima Diallo, et veille à ce que les défenseurs des droits humains en Guinée soient libres d’exercer leurs droits fondamentaux garantis par la Constitution. »

A noter que cette déclaration vient s’ajouter à celles d’autres organisations nationales et internationales œuvrant dans la défense des droits de l’homme.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...