Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Symposium de Louceny Camara : voici les témoignages émouvants de son fils, d’Abdoulaye Sow de l’USTG, et du Dr Ibrahima Khalil Kaba

Ce mercredi 24 août 2022, un symposium a été organisé à l’hôpital Ignace Deen pour rendre des ultimes hommages à l’ancien député, ancien ministre, ancien président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et ancien syndicaliste. Lousény Camara décédé le samedi 20 août 2022 en détention a reçu tous les honneurs de la part de sa famille biologique et politique.

Devant la dépouille mortelle de Louceny Camara, ses conniassances ont fait des témoignages  émouvants. Lisez !

Son fils Amara Junior Camara : « Papa chéri, le meilleur père sur terre. Certes, tu as été un fils idéal pour la République de Guinée dont ta vie entière a été consacrée à la défense des intérêts moraux et matériels de ce pays. Papa chéri, tu as été pour frère Moussa, ma sœur cadette Hadja Moussoucoura et moi-même Amara Junior, un ami doux, attentionné, sympa mais aussi et surtout un éducateur rigoureux, vigilant honnête et sincère. Papa Chéri, je te promets de conserver et transmettre les mêmes acquis à notre benjamine Hadja Komassa âgé de six mois à peine qui n’a bénéficié ni de ta chaleur ni de la douceur de ta main...».

Abdoulaye Sow, secrétaire général de l’USTG : «les grands hommes ne partent jamais. Notre Camarade Louceny Camara a vécu pleinement. Il était humble, jovial, de contact très facile. Il a appartenu d’abord à la Fédération Syndicale Autonome des Banques, Assurances et Microfinances de Guinée (FESABAG) où il a servi avec loyauté. Grâce à lui, l’Union Guinéenne d’Assurance et de Réassurance (UGAR) a survécu quand les opérateurs économiques véreux ont voulu fermer l’institution d’assurance. Nous étions également à la Banque Populaire Maroco-Guinéenne (BPMG) où il y a eu de grands problèmes avec le Directeur Général.

A l’époque, il nous a donné d’utiles conseils dans le sens de protéger les travailleurs de la BPMG. Aujourd’hui, les pleurs et les émotions n’ont pas leur place parce que cet homme a servi son pays  en occupant les postes de ministre, de député et de syndicaliste. Qu’on le veuille ou pas, il a inscrit son nom dans les annales de l’histoire de notre pays. Vous ne pouvez mettre quelqu’un en prison sans prouver sa culpabilité surtout quelqu’un qui est malade…».

Dr Ibrahima Khalil Kaba : «Louceny Camara a occupé des hautes fonctions dans ce pays (plusieurs fois ministre, député, président d’institution et syndicaliste). C’est un parcours singulier, c’est un parcours des hommes d’Etat. Etant un collègue du défunt, nous reconnaissons son pragmatisme. Beaucoup l’ont connu comme ministre mais, il était pour nous comme le premier conseiller du gouvernement parce qu’il avait de l’expérience de crise électorale. Il était un conseiller dans le cadre de la gestion des conflits syndicaux.

Il a été aussi un conseiller dans la gestion des crises communautaires parce qu’il était très attaché à la forêt en particulier son Macenta natal où il s’impliquait dans la résolution des conflits (…). Nous retenons de lui un homme humble, fier de ses origines mais aussi très affable. On se moquait entre nous, je vois ici qu’on a bien écrit son prénom Louceny. Il se moquait de moi car nous sommes les deux personnes que les gens ne savent pas écrire nos prénoms. Moi je suis Khalil avec ‘’h’’ et lui Lousény avec ‘’s’’…». 

 

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...