Silence : les députés s’accordent des avantages astronomiques dans leur nouveau règlement intérieur.

1

Ne dit-on pas qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même. En tout cas, nos députés ne se sont pas gênés en s’octroyant des avantages  colossaux dans la nouvelle proposition de loi portant règlement intérieur de l’assemblée nationale, qui a été distribuée la fin de la semaine dernière à tous les députés dans leurs différentes commissions, pour une adoption prévue le jeudi 29 juin, soit dans dix jours.

Tenez, dans ce document dont Guinéenews  détient une copie, il est stipulé, dans l’article 75 relatif aux indemnités des députés, que « les indemnités de représentation du Président de l’Assemblée nationale sont fixées par référence aux frais de représentation du Chef de l’Etat ». Qui a dit que comparaison n’est pas raison?

Et celles des « membres du bureau de l’Assemblée nationale sont fixées par référence aux frais de représentations des membres du gouvernement. Ils bénéficient des mêmes avantages en nature que les ministres ».

Et pour avoir fière allure, l’article 74 précise que les 114  députés ont droit chacun à «  une garde rapprochée » et auront « à leur disposition un hôtel dédié à leur fonction : l’hôtel des députés ». Rien que ça!

Naturellement, chacun des quinze membres du bureau de l’assemblée a droit à deux véhicules et les autres députés un véhicule, chacun, dès leur installation (article 74, alinéa 8)

Tout cela vient s’ajouter aux avantages classiques connus  pour chaque  député: passeport diplomatique, indemnité mensuelle, indemnité par jour de session, les indemnités de logement, les frais d’installation, les frais de transport, la prise en charge médicale, les frais funéraires, etc..

Dans cette grande prodigalité parlementaire, les anciens présidents de l’assemblée nationale ne sont pas en reste. Ils ont désormais un statut à rendre jaloux les anciens chefs d’Etat (putschistes ou pas) : une rente viagère mensuelle dont le paiement continuera cinq ans après le décès de l’ancien président de l’assemblée nationale, un véhicule, un personnel de sécurité et des gens de services, un passeport diplomatique  pour son conjoint et ses enfants mineurs, des titres de transport et des frais de séjour équivalant à ceux d’un ministre d’Etat, etc….

Néanmoins, à côté de ses avantages, le législateur a eu le temps d’introduire de nouvelles dispositions dissuasives pour les députés adeptes des transhumances politiques. Ainsi, dorénavant, il est clairement indiqué dans le dernier alinéa de l’article 75 que « tout député qui démissionne de son parti, en cours de législature, est automatiquement  déchu de son mandat. Il perd par conséquent sa qualité de  député et est remplacé suivant la même procédure que celle à travers laquelle il a été investi »

  • Democratie=Alternance

    En cas de vacances du pouvoir au sommet qui doit prendre là relève, ne cherchez pas le diable où il n’existe pas. Par contre, nous exposer les avantages pécuniaires du chef de l’état et de ses ministres en chiffres pour illustrer les conséquences économiques pour le pays d’une telle action de l’assemblée serait intéressant. Demain le président de l’assemblée invitera lui aussi à la rupture et pourrait peser dans la nomination au niveau de certaines commissions électives du pays à titre transitoire et on verra la suite.