Sénégal : de l’importance stratégique du partenariat mondial pour l’Education

0

L’humanité est en train de brûler la chandelle des deux bouts. L’Arctique au nord et l’Antarctique au sud sont en train de fondre sous l’effet du réchauffement du climat causé par les actions de l’homme de transformer la nature en biens et produits de consommation.

La montée des eaux constitue un danger réel pour des millions de côtiers obligés de remonter vers les terres fermes saturées et surpeuplées où les éleveurs et agriculteurs sont en conflits par le manque d’eau et de pâturage. Le défi des années à venir est ce phénomène plus qu’épineux de migration massive dont la source est la démographie galopante et les naissances incontrôlées dues au manque de formation des jeunes retenus par la tradition.

Les pays riches du nord se rendent tardivement à l’évidence du risque inévitable et inéluctable de la grande invasion, pas des criquets pèlerins qui ravagent tout sur leur passage, mais des migrants économiques, des réfugiés climatiques et des terroristes de toutes les obédiences.

C’est dans ces objectifs longtemps réfléchis et pensés que les riches du nord se sont donné encore rendez-vous à Dakar, et non à Niamey, importante cette parenthèse, pour tendre la sébile et faire la manche pour mettre en route un programme d’éducation, mais ne soyons pas naïfs, ce programme n’est pas destiné à la formation des ingénieurs  ou informaticiens, mais surtout destiné à la formation des jeunes du primaire et du lycée, point !

A Madagascar, les autorités de ce pays ont pris d’avance l’éducation sexuelle des jeunes filles pour éviter les grossesses non désirées. Ailleurs, ce sera la planification familiale et l’espacement des naissances. C’est là que le bât va blesser. Certains pensent que sans l’implication des religieux, ça ne marchera pas or, l’église et la mosquée sont les premiers obstacles à cette politique d’utilisation des préservatifs : immorale et haram !

D’abord, même la question des mariages précoces et les espacements de naissances ont mille difficultés à s’ancrer dans les mentalités, à plus forte raison demander à un fanatique, barbu ou glabre d’utiliser et de faire utiliser par sa partenaire un préservatif. L’autre méthode plus simple, « la méthode Ogino » est compliquée car, il faut avoir affaire à des femmes réglées comme une horloge. On le dit sans détour parce que si une femme est lunatique, c’est-à-dire que si elle varie dans ses ragnagnas, il serait pratiquement impossible à un fanatique de trouver la solution dans les calculs.

Si les filles du collège apprennent et maîtrisent la physiologie du corps humain, de la frêle jeune fille mariée précocement à 15-16 ans, elles sauront le danger des naissances rapprochées et éviterons de tomber dans la même situation.

Ce partenariat mondial pour l’éducation ne s’arrêterait pas en si bon chemin pour ne pas enseigner comment protéger son environnement et le civisme.

Parlant de l’environnement, il faut ajouter que Emmanuel Macron, qui co-présidait ce forum sur le partenariat mondiale pour l’éducation a promis de gonfler son enveloppe de 17 à 200 millions de dollars, et quand il est allé à Saint-Louis pour voir l’avancée de la mer d’une centaine de mètres en 30 ans, selon les habitants, il a retroussé encore les manches pour donner un financement de 15 millions de dollars pour lutter contre l’avancée des eaux. Il a parlé des rochers brise-vague. Seulement, on se demande si cela va suffire avec la fonte de l’Arctique et de l’Antarctique. Les polders artificiels comme en Belgique et en Hollande pourraient faire illusion pour quelques décennies, mais 15 millions de dollars seront bien loin du compte. Les déplacements de populations avaient embrasé les relations entre les éleveurs et pêcheurs sénégalais et mauritaniens en 89, cela avait dégénéré entre les Mauritaniens-sénégalais au Sénégal et entre les Sénégalais-Mauritaniens en Mauritanie. Cela risque de s’empirer avec la démographie et le réchauffement du climat.

Comme décrit ici, le cercle est vicieux à force de tourner en rond autour de lui. Cela veut dire que les hommes veulent d’une chose et de son contraire : chercher la croissance économique et vouloir protéger l’environnement.