Route le Prince assainie : Une belle initiative des jeunes de l’axe

30 janvier 2018 2:02:39
1

Face à l’insalubrité qui caractérise ces derniers temps le long de la Route le Prince et l’inertie des autorités, des citoyens de Koloma ont décidé de nettoyer leurs quartiers. Ce dimanche 28 janvier, ils se sont mobilisés pour rendre propre leur localité. Avec des balais, pelles et râteaux, ils ont balayé la chaussée, dégagé les ordures amassés sur la bande de terre qui sépare les deux routes et curé les caniveaux.

Interrogé par Guinéenews©, leur porte parole Bah Ibrahima Sory explique : « Vous avez dû constater comment les ordures nous ont envahis ici. Donc étant donné que nous sommes des populations riveraines, nous avons sensibilisé les jeunes de bouches à oreilles pour nettoyer le long de la route. Et depuis le dimanche dernier, nous sommes à la tâche. Nous avons d’abord dégagé toutes les ordures ménagères qui étaient déposées sur le trottoir et curé les caniveaux. Et c’est un travail continu que nous avons envisagé »,  raconte M. Bah qui a tenu à préciser qu’il n’y aucune personne, ni d’autorités, ni de l’opposition qui les finance. « Nous avons été simplement gênés par les odeurs nauséabondes que les ordures dégageaient et en plus c’était vraiment très vilain à voir. C’est tout ce qui nous a motivé », affirme Ibrahima Sory.

« Maintenant, poursuit-il, même pendant les manifestations politiques, nous allons empêcher que les gens jettent des saletés sur la route. Quiconque sera aperçu en train de lancer des cailloux sur les véhicules où casser les biens des autres, sera arrêté par nous d’abord avant d’être mis dans les mains des autorités. Il faut que l’anarchie cesse sur cet axe. »

Abondant dans le même sens, Amadou Cissé indique que « le développement, c’est la contribution de tout le monde. Nous c’est notre façon d’apporter justement un grain à ce développement. C’est également pour préserver notre propre santé. Par exemple, les personnes qui y passent peuvent monter les vitres de leurs voitures pour ne pas respirer cette odeur, mais nous qui habitons à côté, on sent cette odeur tout le temps. ».

De son côté, Yaya Camara, tapissier de son état, a lui lancé un appel aux autorités. « Nous leur demandons d’envoyer les camions pour ramasser les ordures enlevées des caniveaux. Sinon toutes ces immondices vont retourner encore dans le fossé. On a nettoyé mais on n’a pas les moyens pour déplacer tout ça. C’est aux autorités d’agir à présent parce que nous nous avons fait ce que nous pouvons », fait-il remarquer avant de demander aux gens de ne pas politiser leur acte. « Nous avons fait cela volontairement pour nous-mêmes, ce n’est ni pour l’Etat ni pour un politique. Les jeunes ont pris conscience de la gravité de ces ordures et nous nous sommes engagés à nettoyer », indique-t-il.

Pour empêcher que des personnes reviennent pour jeter encore des déchets, des jeunes travaillant ou vendant le long de l’axe, montent la garde. Selon Ibrahima Sory Bah, tout citoyen qui s’hasarderait à déposer des détritus, déboursera 100 000 GNF comme amende. « Nous avons passé le message à tous le monde, à commencer par nos mamans aux marchés. Il est formellement interdit de jeter ici même un sachet d’eau ».

En plus du nettoyage, ces jeunes ont décidé d’embellir le tronçon. C’est ainsi qu’ils ont cotisé chacun 5 000 GNF pour acheter des plantes et de la peinture. Les fleurs ont été plantées sur le trottoir et une couche de la chaux blanche est visible le long du tronçon Cosa-Bambeto.

Des citoyens du quartier sont émerveillés par cet acte citoyen des jeunes de l’axe. Pour eux, les autorités doivent les épauler afin d’inciter d’autres à suivre leurs traces.