Revue de presse : Discours d’Alpha Condé à Kankan, projet d’électrification rurale, communales, condamnation de Thianguel…

0

Les nouvelles de la semaine écoulée : le discours du chef de l’Etat à Kankan, sa visite également à Kindia pour le lancement du projet d’électrification rurale, les élections locales, la condamnation de Thi’âgüel, le verdict de l’attaque de Moussa Moïse. Bonne lecture !

‘’Aveux et projets d’Alpha Condé’’, titre le journal hebdomadaire La Lance. A l’issue de la célébration de la fête de l’indépendance à Kankan, Alpha Condé a tenu  un discours au cours duquel, il a déployé un vaste programme de développement qu’il n’a pu réaliser en sept ans, alors que son second et dernier mandat constitutionnel expire dans près de trois ans. Est-ce une campagne pour les élections communales ou celle d’un mandat supplémentaire anticonstitutionnel, s’interroge le journal. Dans tous les cas, le président de la République a annoncé plusieurs projets. Toutes les régions en auront pour leur compte en matière de promesses. « J’ai fait venir le responsable des paysans du Fouta pour lui montrer les machines que nous avons achetées en Chine. Elles vont venir pour transformer la pomme de terre de la région et de Siguiri en shift, en frits congelées… au lieu qu’elles ne pourrissent parce que nos voisins ont fermé les frontières, nous allons pouvoir exporter en Arabie Saoudite, en Turquie etc. » Plus loin, on peut également lire : « que les gens de Kindia, Labé et de Faranah ne soient pas jaloux de Kankan. D’ici deux ou trois ans, ils auront autant de bâtiments. Que les gens de Kankan aussi ne pas, nous n’avons pas d’eau et d’électricité, Conakry en a »… Parlant de l’insécurité, le chef de l’Etat est passé aux aveux. « Aujourd’hui, nous souffrons de l’insécurité. Pour cela, nous sommes en train de doter nos forces de sécurité pour pouvoir lutter contre les coupeurs de route et les grands bandits… »

Sur ce sujet diversement interprété, Souleymane Keïta du RPG Arc-en-ciel estime que « le président de la République a tenu un discours assez rassembleur », rapporte le journal L’Indépendant. « Le président Alpha Condé a profité pour annoncer les couleurs de 2018 en termes de développement économique, d’emploi jeunes, et d’autonomisation des femmes. Il a surtout insisté sur la nécessité de renforcer l’unité nationale car selon le Pr. Alpha Condé, la Guinée a quatre roue et lorsqu’une roue est en panne, le véhicule s’arrête, ça veut que la Haute-Guinée, la Moyenne-Guinée, la Guinée Forestière et la Basse-Guinée doivent se donner la main pour renforcer cette paix qui règne dans le pays au prix de notre sacrifice d’ailleurs… »

Concernant toujours la fête d’indépendance à Kankan, le satirique Le Lynx parle des ‘’aveux de haute tension’’. Fête n’est pas fête. On célèbre l’anniversaire du 2 octobre à Kankan à une autre date. On se moque de nous. A sa prise de pouvoir usurpé par un coup d’Etat civil, Alpha Grimpeur a dit que la Guinée a 50 ans de retard. Il a aggravé ce retard comme on l’a vu aux cérémonies festives de Kankan qui ont brillé par l’inauguration de quelques infrastructures administratives et des promesses qui allongent celles qui n’a pas tenues.

Le journal satirique Le Lynx revient sur les listes de candidatures aux élections locales prochaines. La participation féminine reste minime dans toutes les échéances électorales. Et pour se dédouaner, les partis et mouvements politiques, imputent cette situation au « manque de candidates ». S’avère-t-il donc que les femmes n’osent pas affronter les dures réalités de la gestion et s’y désintéressent ? La difficile application du quota de 30 pour cent de candidatures féminines aux élections à la proportionnelle prouve que la parité ne se décrète pas à travers l’imposition de quota mais se détermine à travers le changement de mentalité et par la démocratisation de la société.

‘’Politique : les leçons du prof Damaro’’, titre le journal Le Lynx. Accusé par le président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), Cellou Dalein Diallo de soustraire les cartes d’électeur des gens supposés être de l’UFDG parce qu’ils sont Diallo, Bah, Barry ou Sow, le parti au pouvoir n’a pas tardé à réagir. Et de la manière la plus violente. Le président du groupe parlementaire du RPG Arc-en-ciel, Honorable Amadou Damaro Camara, a déclaré notamment que « Cellou Dalein Diallo est le chef d’une partie de sa communauté ». « La seule offre que Cellou Dalein a pour ses militants, c’est de leur dire vous êtes Bah, Sow… et vous devez être ce que vous devez être… Je crois qu’il est paniqué pour les élections à venir qu’il a tant réclamées… »

Dans les colonnes du journal hebdo L’Indépendant, « Je me sens un peu libre » a commenté le journaliste Moussa Moïse Sylla au sortir du procès de son attaque de domicile. Après plusieurs mois d’audiences perturbées par des renvois, ce procès a connu son épilogue, ce mardi 16 janvier 2018 au Tribunal de première instance de Dixinn. Dans son verdict, le juge a retenu Chérif Boiro en fuite dans les liens de la culpabilité et le condamne à 30 ans de réclusion criminelle suivie d’un mandat d’arrêt contre lui. Quant à Mamadou Korka Barry, il écope d’une peine de 20 ans de réclusion criminelle avec 10 ans de sûreté. Bangaly Camara et N’va Kaba Camara, tous accusés d’avoir acheté le moteur de la voiture du policier qui a mené les enquêtes dans cette affaire, ont été condamné à 18 mois de prison ferme. Les deux premiers ont été condamnés au payement de la somme de 10 millions de francs guinéens, comme frais et dédommagements à la partie civile.

Autre sujet. C’est le manque de toilettes, un danger pour la communauté, nous rapporte le journal L’Indépendant. En Guinée, 4.550.107 personnes n’ont pas accès à un assainissement de base dont 2.397.896 enfants de 0 à 17 ans. Malgré les efforts consentis, le taux de couverture en assainissement des populations reste toujours faible au niveau national, à 53,4 pour cent. Ce taux est de 32,3 pour cent en zone rurale et 87,4 en milieu urbain selon l’enquête MICS 2016. Pour pallier à cette situation, l’UNICEF vient en appui aux communautés dans la mise en œuvre de l’approche « Assainissement Total Piloté par la Communauté » (ATPC). Cette approche reconnait aux communautés, la responsabilité primaire de la construction des latrines. Basée sur la mobilisation communautaire pour un changement effectif de comportement, elle est également un gage de pérennité. De 2009 à 2017, cette méthode a permis la construction de plus de 85.740 latrines hygiéniques au profit de 2.019.355 personnes dont 969.290 enfants.

‘’Cellou dénonce la condamnation de Thiâ’nguel’’, titre le journal La Lance. Le procès pour « assassinat » du journaliste Mohamed Koula Diallo a connu son épilogue le 9 janvier. Les principaux accusés Amadou Sow et Algassimou Keita, tous deux chargés du maintien d’ordre de l’UFDG, ont été acquittés. Un certain Thiâ’ngüel dont l’identité fait encore débat, a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Un dénouement qui a surpris plus d’un. A l’assemblée générale de l’UFDG, le 13 janvier, militants et responsables sont montés au créneau contre cette décision du tribunal de première instance de Dixinn. Deux membres de la garde rapprochée du président de l’UFDG, ont été acquittés mais le gros flou se situe autour de la condamnation d’un certain Thiâ’ngüel. Est-ce Souleymane Thiâ’ngüel Bah, patron de la cellule de communication de l’UFDG ? Rien n’est moins sûr, en tout cas le crime que ce Thiâ’ngüel aurait commis est d’avoir interdit aux journalistes présents au siège du parti le 5 février de filmer.

Dans cette affaire Mohamed Koula, le journal La Lance nous apprend également que la défense et partie civile relèvent appel. Habituellement, dans tout procès comme dans toute compétition, il y a un vainqueur et un vaincu. Un content et un mécontent. L’issue du jugement dans l’affaire Mohamed Koula, n’a pas été bien accueillie par les parties au procès. Les avocats de la partie civile (Bah Oury) confient avoir relevé appel dès le lendemain du jugement. Ils avaient boycotté le procès à la phase des plaidoiries et récusé le juge qu’ils jugent « partial ». Naturellement, ils ne sont pas d’accord avec sa décision.

Les nouvelles de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP). ‘’Le président

de la République à Souguétta pour lancer le projet d’électrification rurale’’, nous informe l’AGP. La visite du chef de l’Etat dans cette sous-préfecture s’inscrit dans le cadre du projet d’électrification rurale. A Souguétta, des milliers de citoyens ont très tôt le matin, rallié le lieu de la réception, où a régné une ambiance électrique. A souligné que c’est après les préfectures de Pita et Mamou que le président Alpha Condé s’est rendu à Souguétta.

Toujours à Kindia, le président Alpha Condé a été reçu, vendredi, 19 janvier 2018, au stade Sayon Camara Kibomgué, par la population de la sous-préfecture de Friguiagbé. Six (06) districts de Friguiagbé ont bénéficié du projet d’électrification rurale, notamment Koliagbé, Friguiagbé-centre 1 et 2,  Friguiagbé-gare, Foulayah et Kignagna. Aussi, la pose de neuf (09) transformateurs, la réalisation de 09 Km de ligne basse tension et 25 Km de ligne de moyenne tension et la pose de 180 lampes à éclairage public, ont ravi la population. Par ailleurs, Mme le Sous-préfet a revenu sur les doléances. «Le défrichage de 180 ha à Balaya pour les planteurs de Friguiagbé, la construction d’un entrepôt de conservation des fruits et légumes, la construction d’une usine de transformation de fruits, la construction du marché, de la gare routière et la construction d’un Centre de Santé Amélioré (CSA)»., a sollicité Mme le sous-préfet. Le président de la République a mis l’occasion à profit pour parler non seulement des acquis de sa gouvernance, mais également de son projet d’électrification rurale et celui de développement de l’agriculture.

Mamou, une mission mixte de la Haute Autorité de la Communication (HAC) et la Direction Générale de la Radio Rurale de Guinée (DGRRG) était, jeudi, 18 janvier 2018, dans la préfecture de Mamou, où elle a eu une séance de travail avec les chefs de stations et de programmes des  radios rurales et communautaires de la Basse et de la Moyenne Guinée. Une rencontre qui entre dans le cadre des élections locales du 04 février prochain en République de Guinée. Cette mission a eu pour objectif, de former et d’échanger avec la cinquantaine de participants venus des RR de la Basse et de la Moyenne Guinée. Prenant la parole, Hadja Hawa Camille Camara de la HAC, a ainsi rappelé, entre autres, des dispositions de la loi organique sur la Liberté de la presse, la loi organique sur la HAC et la loi organique sur le Code électoral en matière de campagne, les dispositions de la couverture de la campagne, ainsi que le rappel de la déontologie et les principes du journalisme, pour des élections apaisées.

A bientôt !