Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Restriction du Hajj 2021 : durement impactées, les agences de voyages réagissent…

Comme 2020, les Guinéens n’effectueront pas le pèlerinage de cette année. L’Arabie Saoudite n’autorisera que seulement 60 mille personnes vivant sur son sol à accomplir ce 5ème pilier de l’islam. Une décision des autorités saoudiennes qui n’est pas sans conséquences pour les agences de voyages guinéennes, notamment celles qui n’ont que pour activité l’organisation du pèlerinage.

Mohamed Saloum Cissé, Directeur général de Dunia Voyages, affirme que cette nouvelle n’était pas attendue chez eux : « commercialement parlant, c’est certain que cela n’est pas avantageux pour les agences. Ce n’est pas la nouvelle qu’on voulait entendre, parce qu’on s’était préparés. On s’était dit qu’on pouvait se faire vacciner et vacciner nos pèlerins pour qu’on puisse faire le Hajj.  C’est une nouvelle à laquelle on ne s’attendait pas. »

Il dit néanmoins avoir compris la décision de l’Arabie Saoudite, puisque le Hajj étant sa 2ème source de revenus, elle ne peut pas le restreindre sans raisons valables : « c’est quand même la 2ème source de revenus du pays. Donc en aucun cas, ils ne peuvent s’amuser à restreindre le Hajj s’il n’y a pas de raisons valables. Ils ont vu qu’avec les différents variants de la maladie, le virus pourrait passer hors contrôle. »

Nènè Diallo, la Directrice générale de Daye Voyages, voulait effectuer la petite Oumra cette année. Mais à cause de la restriction, elle ne peut le faire. C’est une nouvelle triste pour elle : « je suis désolée par la nouvelle. Parce qu’il y a eu deux ans maintenant [qu’on n’effectue pas le pèlerinage] et je sais comment nous, en tant que musulmans, on tient à faire ce rituel. Ça compte beaucoup pour nous. Je voulais faire la Oumra, mais on va attendre jusqu’à ce qu’ils rouvrent. C’est vraiment triste. »

Vu les avancées dans le domaine médical pour freiner la propagation du Covid-19, Nènè Diallo estime qu’il y avait des possibilités que le pèlerinage soit élargi aux non-résidents de l’Arabie : « vu qu’il y a les vaccins, les tests PCR qui sont vraiment développés, ils pouvaient faire des quotas par pays. Par exemple, ils pouvaient dire que cette année la Guinée doit envoyer 2 mille pèlerins au lieu des 9 mille ou 7 mille habituels. Même si c’est une centaine, ça allait aider. »

Pour Mohamed Saloum, les impacts de cette restriction sont énormes : « pour une agence comme la nôtre qui est reconnue dans le Hajj, nous concentrons beaucoup d’efforts dans les préparatifs parce que nous commençons les préparatifs dès la fin du Hajj précédent. C’est toujours perçu comme un échec commercial. Il y a toujours des impacts négatifs par rapport à tous les investissements qu’on fait pour que le Hajj se déroule bien. Il y a beaucoup d’agences qui n’ont pour activité que le Hajj. Donc imaginez un peu leur cas. Donc, c’est quelque chose d’assez catastrophique pour eux. »

Il sollicite l’appui du gouvernement, soit en subventionnant les agences ou en payant les dettes qu’il a contractées auprès de ces agences : « j’appellerai le gouvernement à se pencher sur nos cas notamment celui des agences. Surtout que le gouvernement a beaucoup de dettes intérieures envers beaucoup d’agences. Nous allons une fois encore appeler le gouvernement de faire face à ces dettes-là. S’il ne peut pas subventionner ces agences, de faire face à ses dettes pour que les agences puissent tenir jusqu’au prochain Hajj pour qu’on puisse garder au moins l’effectif des employés. »

À lire aussi

Revenant sur les répercussions économiques de la restriction du Hajj, Nènè Diallo ajoute : « du côté commercial, le Hajj, c’est la période où les compagnies se font de l’argent. C’est leur pic. Donc le Hajj, pour nous agences, c’est un événement qu’on attend avec impatience dans notre calendrier.Parce que ça nous permet de compenser les pertes de l’année. »

La limitation du pèlerinage aux seuls résidents de l’Arabie Saoudite, en plus des raisons sanitaires, a aussi des raisons économiques. « Les dépenses que l’Arabie Saoudite engage pour organiser le Hajj, si on prend 60 mille pèlerins qui vont venir de l’intérieur, les dépenses ne seront pas compensées. Ça va être les mêmes dépenses faites pour les 1 ou 2 millions, mais les retombées ne seront pas équilibrées », soutient Elhadj Ibrahima Hassane Traoré, Coordinateur du groupe Guinée Voyages, chargé uniquement du pèlerinage (donc différent de l’agence Guinée Voyages), avant de donner plus d’explications : « les hôtels qui prenaient 5 ou 6 personnes par le passé, ne peuvent prendre plus de 2 personnes. Ça veut dire que les mêmes chambres qui étaient payées par les 6 personnes seront désormais payées par 2 personnes. Ça veut dire que le coût va s’élever.  Les bus qui prenaient 50 personnes ne peuvent plus prendre plus de 25. Donc ce qui était payé par les 50 sera payé par les 25. Le Hajj, c’était un guide pour 50 pèlerins. Avec le Covid-19, un guide ne peut guider plus de 20 personnes. Ce qu’un seul guide faisait, il faut 2 pour le faire.  Alors qu’il faut prendre leurs déplacements en charge, payer l’avion, etc. Si on calcule tout cela, si le nombre est très réduit, ce n’était pas bon pour les pays ou les agences de voyages parce qu’on ne peut pas augmenter le prix jusqu’à un certain niveau. Sinon les Guinéens ne pourront pas faire face. Si on prend en compte le revenu des Guinéens, les agences ne vont pas s’en sortir.  C’était le dilemme qui était devant nous. »

Les agences de voyages qui n’évoluent que dans le pèlerinage, souffrent énormément de cette situation. Mais aujourd’hui, une alternative est train d’être trouvée pour elles.

« C’est dur pour les agences de voyages surtout pour celles qui n’ont pas d’autres activités en dehors du Hajj », dit-il, avant de faire savoir ceux qui sont plus impactés sont en train de penser à des pistes de solution : « aujourd’hui, beaucoup de jeunes qui sont dans l’organisation du Hajj sont en train de se retrouver pour voir comment leurs activités pourront être pérennes. C’est-à-dire des activités continuelles dans toute l’année. Ce n’est pas seulement le Hajj qu’ils feront désormais, mais voir comment ils vont être intégrés dans d’autres activités comme le tourisme, les voyages la vente des billets. »

C’est la 4ème année en l’espace de dix ans que les Guinéens se voient priver du pèlerinage à la Mecque. Les deux première fois, c’était en 2014 et 2015 à cause de la maladie à virus Ebola qui sévissait à l’époque dans le pays.

Lire vidéo :

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...