Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Reconduction de Kassory à la Primature :  ce qu’en pense le député et leader de GéCi

La nomination ou plutôt la reconduction du Premier ministre, quelques heures seulement après l’annonce de sa démission avec son gouvernement, est tout sauf une surprise. Pour autant, l’acte présidentiel rendu public dans la soirée de ce vendredi 15 janvier ne suscite pas de vagues dans la cité. Parmi les rares acteurs sociopolitiques qui ont donné leur avis, il y a le député et président du parti Génération Citoyenne (GéCi). Fodé Mohamed Soumah, fidèle à son habitude, n’a non seulement pas fui le débat mais aussi et surtout, n’a pas fait dans la langue de bois.

« De prime abord, cette reconduction semblerait être en décalage avec son nouveau slogan. Mais attendons de savoir ce qu’ils entendent mettre en place pour rectifier le tir. L’aveu d’impuissance, sous forme de mea-culpa du PRG, a engendré le slogan de ‘’gouverner autrement’’. Donc, c’est à partir de la composition du gouvernement, du discours de politique générale, et la période de grâce républicaine des 100 jours, que le peuple sera édifié », introduit-t-il au micro de Guinéenews.

Poursuivant, l’un des vice-présidents à l’Assemblée nationale « préfère accorder le bénéfice du doute, plutôt que d’annoncer un échec programmé. Même s’il reste convaincu qu’on ne peut pas faire du neuf avec du vieux, surtout dans le pays de l’éternel recommencement.

Un conseil tout de même de la part de l’opposant qui propose au pouvoir «… de se focaliser sur ce qui n’a pas marché, et mettre en place un plan quinquennal de gouvernance vertueuse, afin d’utiliser la fin de mandat pour les réajustements, les corrections, etc. »

Dans la même lancée, le leader de GeCi suggère : « …un couplage programmé des Législatives/Communales en 2025, afin que le pouvoir dispose de 4 longues années sans élection pour se mettre au travail ». Et d’ajouter : « on ne peut pas avoir organisé des Communales inachevées depuis 3 ans et vouloir nommer plus de 14 mille personnes qui auraient dû être élues. »

« …Un process qui nécessite des consultations avec la classe politique et les institutions pour ce faire », estime-t-il. Avant de promettre : « en tant qu’élu du peuple et membre de l’opposition parlementaire, je compte veiller au grain, car la capacité de résilience des Guinéens est à sa limite. Les populations sont à bout. Elles n’en peuvent plus ».

A la question de savoir si l’idée de prendre un poste au gouvernement en gestation, au nom de la décrispation qu’il prône, le président de la Géci renvoie d’abord la balle à Alpha Condé sans le nommer. « La décrispation commence par apaiser le climat sociopolitique », déclare-t-il. Et d’expliquer : « c’est d’une part, juger les personnes arrêtées depuis des mois sans instruction, ou à défaut les libérer immédiatement, et d’autre part, vendre un rêve réalisable aux populations qui voient la paupérisation s’amplifier. »

Et de préciser plus loin : « par rapport à ma personne, il vous souviendra que j’ai voulu diriger ce pays par le passé, puisque j’étais candidat à la Présidentielle de 2010. Et pour ce qui est de ma participation éventuelle, sachez que la GéCi est pétrie de compétences qui rêvent de conquérir ou d’exercer le pouvoir. Donc, nous aviserons si le cas se pose, mais ce ne sera pas aveuglément, croyez-moi. »

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...