Plénière de CENI : deux griefs formulés envers Bakary Fofana

10 août 2017 17:17:08
1

Dans son compte rendu, le porte-parole de la Ceni, Charles André soumah, a porté des grosses accusations contre le président sortant, Bakary Fofana. Extrait de sa communication :

« Nous avons eu vent que l’ancien président de la CENI, Bakary Fofana, a l’intention, qu’il a même consulté un cabinet pour l’élaboration d’un cahier de charge pour l’audit du fichier électoral. Il n’en a pas la capacité. Également, il projette de fournir un chronogramme des élections à l’administration du territoire et aux parties prenantes. Mais il n’est pas un technicien en la matière. Il va travailler avec qui. Moi, je pense que c’est la commission électorale nationale indépendante à travers ses services techniques qui est habilitée. Imaginez les opérations : il y a la planification, la logistique. En plus, il y a des commissaires qui travaillent sur le projet de  et le cahier de charge. Or, il n’a aucun département avec lui. S’il dit qu’il peut fournir cela, c’est faux. Moi, qui suis là je ne connais que mon département. Mieux, je ne sais pas s’il a un budget pour les élections. Or, vous savez que le partenaire de la CENI ne s’adresse qu’à une institution pas à une personne », a-t-il martelé.

  • CONDÉ ABOU

    Bon Dieu ! C’est quand même curieux et incroyable, et c’est pourquoi, cette Institution fonctionnera toujours mal dans ce pays.

    De quel droit un Chargé de communication peut-il être aussi affirmatif et de façon si péremptoire en assumant de telles allégations ? En a-t-il vraiment besoin à ce point et au moment où tout le pays a le regard tourné vers la CENI ? C’est grave pour ce Monsieur.

    À supposer que Mr. Bakary Fofana, lui apporte un démenti catégorique, de quelles preuves disposera-t-il pour le contredire ?

    Au pire des cas, si Mr. Bakary Fofana l’attaquait en Justice pour propagation de fausses nouvelles et dénigrement contre sa personne, comment va-t-il s’en sortir ?

    C’est la preuve que ce Monsieur ne connait pas vraiment le danger des non-dits dans la gouvernance de ce pays. Et tout cela pour quoi ?

    Il y a un nouveau Président de la CENI, désigné par la Cour Constitutionnelle. C’est à celui-ci de porter officiellement et auprès de qui de droit, des griefs à l’encontre de l’ancien Président, ou bien au Chargé de communication d’attaquer frontalement Mr. Bakary Fofana ?
    Et tout cela pour compliquer la mission du nouveau President intérimaire de la CENI ?

    Vous risquez inutilement de vous retrouver dans les conséquences d’une communication désastreuse pour vous-même. Pour la simple raison que vous avez tout l’air de ne rien comprendre de ce qu’il faut dire et de ce qu’il ne faut jamais dire dans ce pays, surtout quand vos propos engagent une Institution républicaine par ces temps de crise interne à la CENI.

    Croisons les bras et attendons de voir la suite du débat inutile que ce Monsieur vient d’ouvrir. L’on verra bien.