Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Personne n’est à l’abri des accidents : pas même les agents de la circulation !

A priori, lorsqu’on parle d’accident de la circulation, on a tendance à croire que cela n’arrive qu’aux autres. Dans ces circonstances, le premier réflexe est souvent de se dire que ‘’le malheur ne peut arriver qu’aux autres. On se proclame très prudent, bon connaisseur du code de la route et conducteur d’un véhicule bien entretenu et en règle. Pareille attitude est l’illustration parfaite d’un comportement humain qui conduit à s’auto exclure du lot des victimes potentielles que le mauvais sort peut atteindre. On se dissocie totalement de toute probabilité de risque pour soi-même, d’autant qu’on se croit parfaitement immunisé, donc entièrement à l’abri de tout incident pouvant survenir sur la route.

Aussi étonnant que cela paraisse, cette vision reste la même, lorsqu’il s’agit des agents routiers. Eux aussi sont considérés comme étant totalement protégés contre les accidents. Ne les voit-on pas sur la route, s’exposer certaines fois à des risques réels, pour réguler la circulation ? S’activer à gérer des embouteillages énormes ou à canaliser une circulation la nuit ou sous la pluie et toutes les intempéries imaginables ? Et au final, s’en tirer toujours ou presque, à bon compte, comme si un miracle les protégeait.

Pourtant, c’est un leurre que de le croire. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, force est de reconnaître que les agents de la routière sont également victimes d’accident. Il arrive même qu’ils en meurent !

Bien qu’ils soient au service des autres et qu’ils s’évertuent à les protéger des aléas de la circulation, ils sont très exposés. Le danger les guette à tout instant et en tout lieu, sur la route.

Permettez qu’on le répète encore : la mort, par accident, d’un agent de la circulation routière a toujours choqué. Tant il est vrai que le policier ou le gendarme de la route constitue un rempart qui nous protège, dans la circulation. En conséquence, tout accident qui arrive à l’un d’entre eux, surtout mortel, est un véritable paradoxe qui heurte et alerte, tout à la fois. Mais, au-delà de l’émotion vive ressentie, on tire de la tragédie survenue, une leçon majeure : celle de savoir que personne n’est à l’abri des accidents.

Nous avons entrepris des recherches, il y a quelques années, pour dresser une liste des élites nationales qui ont péri des suites d’accident. Parmi elles, on a dénombré de nombreux policiers et gendarmes de la route. N’ayant pas disposé du temps et des moyens nécessaires pour réunir le maximum d’informations, ce répertoire est forcément incomplet, sur bien des plans. Nous espérons qu’on ne nous tiendra pas rigueur. Notre intention a été juste, de faire un premier pas pour nous remémorer de pénibles souvenirs, mais aussi pour rendre hommage à des victimes innocentes qui étaient au service du pays et interpeller chacun, pour une prise de conscience face à la problématique des accidents qui nous privent brutalement et à jamais, de la présence de certains de nos meilleurs fils, qui espéraient continuer le chemin de la vie avec nous.

Pour cette première parution, nous vous proposons la liste des agents de la police routière que nous avons pu glaner, au gré de nos recherches. Suivra ensuite, celle des gendarmes qui ont également subi le même sort fatidique sur la route, qu’ils ont mission de surveiller.

1-Adjudant-chef Ibrahima Compo (protection civile), heurté par une voiture, au carrefour Tombo, alors qu’il canalise la circulation, le vendredi 07 mai 1983, aux alentours de 20 heures

2-Adjudant-chef André Mahala de la routière de Conakry II, heurté par un camion, alors qu’il roulait sur sa moto

3-Lieutenant Séré Mamady Kourouma, motard, commandant de la brigade mobile (direction de la police routière). Heurté par un bus de la Sogetrag (société d’Etat assurant le transport public), le 03 mai 1987

4-Brigadier-chef Yaya Boiro de la routière de Enta. Heurté au carrefour Sangoyah, par un camion sans freins, le 13 juillet 2003, alors qu’il canalise la circulation.

5-Commandant Coulibaly Boubacar, commandant de la CMIS. Mort des suites d’accident en 2003, sur la route de Forécariah où il se rendait en mission

6-Adjudant-chef Pascal Gomou, motard. Mort des suites d’accident de moto, au km 36, le 23 décembre 1986

7-Sous-lieutenant Souleymane Camara, ‘’James’’ Dubréka (sans autre précision)

8-Cissoko Abdel Kader, commissaire, directeur de l’École nationale de police. Heurté par un véhicule de passage, alors qu’il traversait la chaussée pour rejoindre son domicile à Gbessia

9-Adjudant-chef Tidiane Cissé ’’Tarek Boulba’’ Coyah (sans autre précision)

10-Sous-lieutenant Mathieu Sagno (sans autre précision)

11-Brigadier Tamba Mara(sans autre précision)

12-Brigadier-chef Koumbassa… motard à la Présidence. Mort sur la route de Forécariah…

13-Adjudant-chef Kanfory Sylla, de la routière de Bonfi. Mort sur la route de Fria

14-Adjudant-chef André Soumah, motard à la routière de Conakry1. Mort sur la route de Kindia, alors qu’il était en mission d’escorte, en…1981 ?

15-Adjudant-chef Abdoulaye Denise Soumah, de la routière de Bonfi. Heurté par un automobiliste qui ne s’est pas arrêté alors qu’il roulait à moto en direction de Kindia, en…1986 ?

16-Adjudant Solo ?… du commissariat de police du km 36. Mort avec son ami, l’adjudant-chef de gendarmerie Timma Yomalo de la brigade spéciale du km 36, après une sortie de virage à Dabompa, alors qu’ils poursuivaient à moto, un véhicule suspecté de fraude.

17-Commandant Yaya Bah, commandant de peloton de la routière de Kaloum. Heurté sur sa moto par un camion-citerne, à la T8, alors qu’il rejoignait son domicile, après une journée de travail bien plein. Ajoutons qu’il avait été nommé commissaire de la routière de Kindia

18-L’adjudant de police, de la routière de Enta ? (Nous n’avons pas obtenu de précisions sur le nom et la date). Heurté par un véhicule sans freins, en provenance de la T7, au carrefour Tombolia, alors qu’il canalise la circulation

19-Issiagha Bangoura, commissaire, chef du service général du commissariat spécial de la police routière de Kaloum. Mort dans un accident de voiture, le 04 septembre dernier, sur l’autoroute, à hauteur de la Sig Madina

20-Lieutenant-colonel Kissi Kaba Kéita (commissaire principal). Motard, chargé de la formation en conduite motocycliste à la direction centrale de la police routière. Heurté au carrefour Kissosso, par un motocycliste qui dévalait la colline sur la T5, dans la matinée du jeudi 29 septembre dernier

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...