Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Opérations de déguerpissement à Kindia : un journaliste agressé par des militaires

Mohamed M’Bemba Condé, un journaliste de la radio Espace Kindia a été violemment attaqué par un groupe de gendarmes et militaires ce mardi 10 mai dans la commune urbaine de Kindia.

C’est au grand marché de Kindia que cet animateur en langue de la radio Espace Kania a été roué de coups par ces agents qui faisaient partie du cortège qui accompagnait le préfet de Kindia.

Sous perfusion actuellement à l’hôpital régional de Kindia, le journaliste est revenu sur sa mésaventure : « c’est ce matin j’ai été informé par mes confrères de ce lancement des opérations de récupération des domaines de l’Etat. Je suis venu pour couvrir cette activité et nous avons fait plusieurs étapes.  Arrivés au marché Pairia comme là-bas c’est restreint et j’étais un peu en retard et je ne savais pas s’il y avait un groupe de militaires derrière… c’est ainsi qu’ils sont venus en me demandant de coller pour qu’ils passent. Je me suis mis à l’écart et plus de 4 agents sont passés. Le 6ème, c’est lui qui est venu crier sur moi en me disant, toi tu ne vois pas les autorités sont devant, je lui dis mon, frère parlez-moi doucement, nous sommes tous dans cette mission et je suis journaliste. Pendants qu’on parlait, un autre militaire a réagi en disant : ‘’si tu ne quittes pas là-bas, nous allons te rentrer. Je lui ai dit de ne pas m’insulter. C’est à la suite qu’un autre militaire a demandé de me laisser si je suis journaliste. Après leur commandant est venu me dire de me calmer et je lui ai dit de dire à son agent de ne pas m’insulter et le militaire en question a repris les mêmes injures, c’est ainsi j’ai dit à nouveau au prévenu le commandant que je répliquerais à son agent au cas où il serait tenté de m’insulter désormais. C’est en ce moment que le commandant en personne m’a tapé automatiquement sur la poitrine et les autres sont venus me passer à tabac. Il y en a qui m’ont frappé au visage, à la nuque, au ventre.  Je suis tombé, les écrans de mes téléphones ont été cassés et le dictaphone endommagé.  Ils m’ont trimballé sur une certaine distance. J’étais sans chaussure et ma chemise déchirée… »

En raison de cette violence qu’ils ont condamnée avec la dernière énergie, les journalistes de Kindia ont à l’unanimité décidé de boycotter la couverture du lancement de ces opérations de récupération des domaines de l’Etat.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :