N’zérékoré : La HAC installe son système de monitoring des médias

0

Après les régions de Boké, Kindia, Faranah et Mamou, la Haute Autorité de la Communication (HAC), organe de régulation des médias en Guinée a procédé samedi 30 décembre 2017, à la présentation de son système de monitoring des médias de N’zérékoré a constaté la rédaction locale de Guinéenews© sur place.

La cérémonie de présentation qui s’est déroulée en présence des autorités locales et des journalistes, a eu lieu dans les locaux de la radio rurale qui abrite les équipements.

« Ce système de monitoring consiste à écouter les différentes stations de radios, capter leurs informations et stocker ces informations de façon numérique tout en procédant à la duplication. Cela voudrait dire qu’une copie part à Conakry et une autre reste dans la région. En d’autres termes, ce système permettra à nous commissaires de la HAC de pouvoir statuer sur les contenus de ces différentes informations pour savoir ce qui est dit effectivement à l’arrière-pays », a indiqué le commissaire Mamady Keita, chef de la mission.

Poursuivant, il dira que l’installation de ces équipements au niveau des régions est l’une des avancées de son institution qui, dit-il, jadis ne couvrait que la ville de Conakry et les préfectures environnantes « alors que, dit-il, cet organe de régulation doit pouvoir élargir son cercle de visibilité sur l’ensemble du territoire. » A l’en croire, ce système qui est une première en Afrique est une initiative de sa propre personne.

En prenant la parole, Jean Smith Sandy directeur de cabinet du gouvernorat de N’zérékoré a salué les efforts de la HAC dans le cadre de la professionnalisation du métier de journalisme en Guinée avant de demander aux journalistes s’investir dans la recherche et le maintien de la paix.

« Nous savons que la radio est le principal outil d’informations, de sensibilisation et d’éducation des populations. Alors, s’il est vrai que l’information est la nourriture de l’esprit, il faut alors donner la bonne nourriture à l’esprit. Donc, une information saine. En installant ce système dans notre région, cela voudrait dire que nous devons désormais avoir des informations qui peuvent aider les autorités à mieux gérer la région. Aujourd’hui, nous avons besoin de la paix et de la quiétude sociale et ce sont les radios qui peuvent nous aider dans ce gens », dira-t-il.

Il faut rappeler que pour faciliter le contrôle et la gestion des équipements, deux points focaux issus de la radio rurale ont été désignés et formés par la Haute Autorité de la Communication qui a également mis à leur disposition, une moto pour des besoins de mobilité.