N’zérékoré : Alpha Condé invite les jeunes à s’intéresser à l’agriculture

0

« Nous voulons que d’ici à deux ans, la Guinée n’importe plus de riz…»

Le président Alpha Condé poursuit sa tournée à l’intérieur du pays et plus particulièrement en région forestière. Après Lola, Beyla et Yomou, le chef de l’Etat guinéen a été reçu ce mercredi 31 janvier 2018, par les populations de N’zérékoré, capitale de la région forestière.

A l’entame de son discours tenu devant une foule en liesse à la Place des Martyrs, Alpha Condé a tenu à apporter des précisions sur l’objectif de cette tournée en Forêt. Contrairement donc à ceux qui pensent qu’il est en campagne, il dira qu’il est plutôt venu inaugurer des centres de santé construits après Ebola dans les différentes sous-préfectures.

« Ebola a fait souffrir notre peuple et plus particulièrement en région forestière. Parce qu’on n’avait pas de bon système de santé. Pour qu’on ne connaisse plus de telles épreuves, nous avons décidé de construire dans toutes les sous-préfectures de Guinée, des centres de santé afin que des malades soient pris en charge immédiatement et ne soient pas obligés d’aller dans la préfecture. Donc, ma visite actuelle a pour objet d’inaugurer ces centres afin qu’ils soient fonctionnels », a précisé le locataire de Sékouthouréya.

S’adressant aux populations de la région forestière et surtout aux jeunes, il les invitera de s’intéresser à l’agriculture tout en promettant de mettre des moyens à leur disposition.

« Dieu aime la Guinée, car il nous a donnés assez de ressources minières et ces minerais peuvent nous aider à avoir de l’argent pour faire des routes, des ponts, des chemins de fer, de l’énergie, etc. Mais ce n’est pas ce qui développera la Guinée. Ce qui développera notre pays c’est l’agriculture et l’agro-industrie. Donc retroussez vos manches pour renforcer non seulement les cultures vivrières mais aussi les cultures de rente », a conseillé le président Condé.

Et d’assener : « Pendant la période coloniale, la région forestière produisait beaucoup de café et de cacao. Nous produisions plus que la Côte d’Ivoire, alors pourquoi cela a cessé alors que c’est développé en Côte d’Ivoire ? C’est à cette anomalie que nous voulons mettre fin. Chacune des régions naturelles peut nourrir la Guinée, pourquoi nous continuons alors à importer du riz ? Nous voulons que d’ici à deux ans, la Guinée n’importe plus de riz…»

Le chef de l’État est par la suite revenu sur les appuis qu’il a eus à apporter au secteur de l’agriculture depuis son arrivée au pouvoir.

Il faut rappeler qu’après N’zérékoré, le président de la République s’est rendu dans la préfecture de Macenta avant de regagner Conakry. Il a par ailleurs promis de revenir dans deux mois pour la journée nationale du paysan.