Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Meurtre d’une femme après avoir été violée à Dubréka : un médecin dans le viseur de la justice 

En état de famille très avancé, une jeune dame de 29 ans, enceinte de huit mois, a été violée et poignardée à cinq coups de couteau le mercredi 16 mars dernier.

Outre le fait que le présumé auteur de ce crime soit mis aux arrêts, le dossier a connu une autre tournure : celle relative à l’ouverture d’une enquête autour du médecin qui a reçu la femme en détresse.

« (…). Un cas malheureux est survenu à Keitaya. Une dame a été violée et poignardée. Mort s’en est suivie. Nous avons décidé d’aller rendre visite à la famille, parce qu’il faut approcher la justice des justiciables désormais. Quand nous avons été là, laissez-moi vous dire qu’il y a un nouveau rebondissement dans cette affaire. Celui qui a agi a été interpellé et mis hors d’état de nuire. Il a été entendu et déféré au niveau de la prison civile de Dubréka. Mais ce que l’opinion ne sait pas, c’est qu’aujourd’hui, j’ai ordonné à ce qu’il y ait une ouverture d’enquête contre le médecin qui a reçu cette pauvre dame », a expliqué Alphonse Charles Wright qui animait une conférence de presse ce lundi 28 mars 2022.

Pourquoi ?

Aux dires du conférencier, l’autopsie a relevé qu’il y a eu défaillance du médecin qui a reçu la dame. Et qu’une commission a été mise en place, composée de médecins qui ont produit un rapport.

« Il ressort de ce rapport que le médecin a failli aussi. Aujourd’hui, le médecin est poursuivi devant la juridiction de Dubréka.  On ne peut pas vouloir d’une chose et de son contraire. Au-delà de la parole, il faut des actes. Ce médecin aujourd’hui doit répondre de sa responsabilité professionnelle et pénale par rapport à la perte de vie de cette dame. Le reste sera discuté à l’audience. Et j’ai demandé au Procureur d’instance de tout faire pour que cette affaire soit orientée en flagrant délit. Au moment venu, l’opinion publique sera informée du sort réservé au médecin qui a reçu cette dame qui, pour l’instant, il faut le dire, bénéficie de la présomption d’innocence », a-t-il précisé même s’il a ajouté par ailleurs que « tous les indices portent à croire qu’il y a eu des manquements graves à ses obligations professionnelles ».

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :