Meurtre d’un conducteur de moto-taxi à Nongo : ses collègues donnent de la voix

0

Thierno Oumar, c’est le nom du jeune conducteur de taxi-moto qui a été retrouvé mort le samedi dernier à Conakry. Il a été fait déplacer par deux jeunes au carrefour Cosa le samedi dans les environs de 4 heures du matin. C’est en cours de route qu’il aurait été tué. Ainsi pour exprimer leur ras-le-bol, ses collègues ont décidé de ne pas travailler ce lundi matin.

Tout au long des trottoirs au niveau du carrefour Cosa, des motos-taxi observent le mot d’ordre de boycott lancé par leur syndicat. Une façon pour les conducteurs de protester contre ce nouveau meurtre d’un des leurs, constate sur place Guinéenews.

«D’après les informations que nous avons reçues, il a été tué entre 3 heures et 4 heures du matin dans la nuit du samedi au dimanche. Il aurait été poignardé au cours de ce déplacement. Avec les échos de ses cris, les gardiens qui étaient dans les alentours, ont fait des tirs de sommation. C’est ainsi que ses assaillants ont pris la fuite en laissant le jeune et la moto sur place. Donc, nous ne travaillons pas aujourd’hui parce que nous sommes en deuil », a expliqué Ibrahima Diallo, le Secrétaire général des conducteurs de motos-taxi de Cosa.

Ce n’est pas la première fois qu’un conducteur de moto-taxi meurt dans des circonstances pareilles. Mamadou Aliou Diallo  exprime son regret avant de dénoncer l’inertie des autorités dans la lutte contre la criminalité.

«Nous sommes déçus de la façon dont nous sommes traités. A longueur de journée, nous sommes harcelés par la sécurité routière mais aussi les agents déployés la nuit dans les carrefours ne font que rançonner les gens en demandant des cartes d’identité. Pendant ce temps, l’Etat est bien conscient de ce qui se passe dans les quartiers. La sécurité connait les zones sensibles et elle ne fait rien », déplore Aliou Diallo.

Après ce nouveau crime, les conducteurs de moto-taxi réclament justice. Les concertations ont déjà commencé. Pour l’heure, aucune plainte n’a encore été déposée, mais le syndicat a entamé les démarches auprès de la famille.

Les assassinats de conducteurs de moto-taxi sont devenus récurrents ces derniers temps à Conakry. C’est pourquoi la corporation appelle les autorités  à prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer leur sécurité.