Marche des opposants : L’une des filles de Dalein parmi le peloton de tête et cloue le bec aux détracteurs de son père

1

«Je suis frustrée d’entendre que les politiques ne mettent pas leurs enfants dans la rue»

Inhabituellement et à l’appel de l’opposition républicaine, l’autoroute Le Prince, de Cosa via Bambéto jusqu’à l’Esplanade du Stade du 28 Septembre à Dixinn, était noire de monde.

Le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, en était le principal maître d’œuvre. Celui-ci entendait envoyer un message fort et de mise en garde à l’endroit du président Alpha Conde contre toute tentation ‘’suicidaire’’ de tripatouillage de la Constitution pour s’adjuger un troisième mandat et pas seulement. Par cette démonstration, le président de l’UFDG voulait marquer son désaccord quant à la gouvernance du pays qu’il qualifie de désastreuse et par la même occasion, dénoncer le non-respect de l’Accord politique signé du 12 octobre 2016, la cherté de la vie ou encore la corruption.  

Au milieu de cette marée humaine qui était dans les rues ce mardi, l’on pouvait apercevoir une jeune dame très excitée et déterminée à porter plus haut et plus loin, ces différents messages dont était porteur le chef de fils de l’opposition Cellou Dalein Diallo qui n’est rien d’autre que son géniteur.

Oumou Diallo, puisque c’est d’elle il est question, est l’une des deux filles du président de l’UFDG. Du haut de ses 35 ans et mère de trois enfants, Oumou marchait comme toutes ces dizaines de militants et sympathisants de l’opposition, sur les pas  son père de leader, Cellou Dalein Diallo. Guinéenews a pu en dépit de cette vague humaine dense et compacte approcher la jeune dame et lui arracher quelques mots et qui suffisent à eux-seuls pour démentir les nombreux préjugés qui faisaient passer son papa comme celui qui a toujours mis ses progénitures à l’abri, loin de tous les dangers pendant qu’ils jetaient en pâture ceux des autres. En tout cas, ce démenti qu’elle a voulu apporter à l’endroit des détracteurs de son  père à travers ce bref entretien qui suit.

Guinéenews : n’avez vous pas peur d’être la cible potentielle de quelqu’un en acceptant de vous afficher aussi ostentatoirement au milieu de cette foule de marcheurs et juste derrière votre père ?

Oumou Diallo : je suis consciente que tout peut arriver. Mais, je pense aux enfants des autres qui sont avec nous et qui bravent les mêmes risques que nous.

 Guinéenews : quelle est la symbolique de votre engagement politique aux côtés de père, Cellou Dalein?

Oumou Diallo : toutes mes actions sont d’abord un engagement personnel.

Je vois ce qui se passe autour de moi. Je vais souvent dans la sous-région. Je pense qu’il est temps de faire autrement, faire changer les choses en Guinée à l’image de tous les pays normaux.

Guinéenews : est-ce que vous êtes à même de dire non à votre père lorsque vous estimez qu’il y a des incohérences dans certains actes qu’il pose dans son combat politique ?

Oumou Diallo : écoutez, je discute beaucoup avec mon père. Je lui dis tout. Naturellement mon opinion.

J’estime jouer ce rôle de conseiller. Le reste c’est lui le patron de l’UFDG et chef de file de l’opposition.

Guinéenews: vous êtes une femme et une maman, cela n’est-t-il pas un handicap pour vous ?

Oumou Diallo : en dépit de tout, les femmes ont aussi droit à la parole et si vous avez fini, monsieur le journaliste, je remonte sur mon capot de véhicule.

Entretien recueilli par Bangaly Touré, Correspondant de France24 et collaborateur à Guinéenews